Quand le maire de Béziers placarde une caricature de Charlie sur les murs de sa ville, la rédaction du journal se bouche le nez – on ne veut pas du soutien de l’«extrême droite». On peut toujours compter sur la gauche pour se tromper d’ennemi. 


Il y a deux sortes de combattants résolus à défendre la liberté d’expression, à lutter avec acharnement contre l’islamisme et son intolérance, à ne rien céder de notre droit si français au blasphème : ceux qui prononcent des discours, participent à des débats, écrivent des éditos, publient des articles, éditent des essais et ceux qui n’oublient pas que la liberté de blasphémer ne s’use que si l’on ne s’en sert pas, qui brûlent un coran ou dessinent la figure du prophète, ou encore son cul, bref, qui blasphèment.

À lire aussi, Céline Pina: Décapité pour avoir montré un dessin

Nos élus se divisent aussi en deux catégories : les notables planqués qui ne veulent pas froisser l’électorat musulman, qu’ils supposent en majorité susceptibles, comme certaines enquêtes d’opinions pourraient le laisser penser, et ceux qui s’engagent, qui s’exposent, qui s’affichent. Robert Ménard, maire de Béziers qui appartient décidément à la deuxième catégorie, a décidé de couvrir sa ville de cette « une » de Charlie dangereuse : « C’est dur d’être aimé par des cons ».

Je t’aime encore petite conne

Dans un communiqué, la rédaction de Charlie nous informe qu’elle aussi est consternée d’être « aimée par des cons », c’est-à-dire d’être soutenue par Robert Ménard, et à travers lui l’« extrême droite », en rappelant qu’en 1995, l’hebdo lançait une pétition pour la dissolution du Front national. François Cavanna, le fils d’immigré italien aux allures gauloises fondateur de Charlie Hebdo raconte dans Les Ritals ce souvenir d’enfance : à l’école, au moment où les enfants se mettent en rang par deux et doivent se donner la main, le petit François se retrouve à côté d’une petite blonde dont il était amou

Article réservé aux abonnés

60 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Novembre 2020 – Causeur #84

Article extrait du Magazine Causeur

Lire la suite