Madonna jetait ses petites culottes dans le public, Rihanna provoque les bigots musulmans… Il faut dire qu’ils sont nombreux et très sensibles.


Vendredi 2 octobre se tenait le défilé de la marque de lingerie de la chanteuse Rihanna, Savage x Fenty.

Si le show impressionne par le prestige des personnalités qui y ont pris part et par la souplesse des mannequins, les réseaux sociaux ont décidé de le commenter pour une raison qui n’étonne presque plus : le blasphème.

On pourrait penser à un canular tant il est quasi impossible de comprendre les quelques onomatopées qui ressortent du morceau incriminé diffusé lors du défilé de Rihanna, mais le tribunal Twitter est formel : il s’agissait bien d’un hadith, c’est-à-dire d’un texte rapportant les propos ou les actes de Mahomet ou de ses compagnons.

Avec le Coran, les hadiths sont des textes considérés comme sacrés en Islam. Les modifier, les moquer, les critiquer, les imiter ou encore les chanter relève donc du blasphème. Les internautes se sont très vite agités sur Twitter pour dénoncer une atteinte à leur religion et ont appelé à boycotter la chanteuse américaine car non seulement elle a osé passer un morceau de musique avec un hadith en guise de paroles, mais tout cela pendant que des femmes défilaient en petite tenue.

Rihanna n’en est pas à son coup d’essai. Abonnez-la à Charlie Hebdo!

Rihanna n’en est pas à son premier « blasphème ». La chanteuse américaine avait défrayé la chronique en octobre 2013 lors de son passage à Abou Dabi pour un concert. Vêtue de noir et strictement voilée, elle avait organisé une séance photo non autorisée à la grande mosquée Cheikh Zayed avant d’en être expulsée par le personnel. « Elle a pris des photos qui ne correspondent pas au statut sacré [du lieu] » avait argué la direction de la mosquée dans un communiqué officiel.

Malgré ses poses jugées choquantes, ses fans l’avaient défendue sur internet et l’avaient même remerciée « pour le respect qu’elle montrait à leur religion » (L’islam, ndlr), car elle avait porté un voile islamique.

Pour l’heure, la

Article réservé aux abonnés

60 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Lire la suite