J’ai pu me procurer en exclusivité le discours qu’avait décidé de prononcer Benjamin Griveaux après la mise en ligne de ses exploits et juste avant qu’Emmanuel Macron lui demande de laisser la place à Agnès Buzyn. Je vous le livre tel quel.


 

Parisiennes, Parisiens,

Je vous confirme que vous avez vu ma bite.

Ouais c’est ma bite et alors ? Pas mal non ?

J’ai failli abandonner la course à la mairie de Paris, mais je me suis finalement rendu compte que cela aurait été une grande lâcheté. En tant que responsable politique, j’ai le devoir de donner l’exemple.

Au nom de toutes les victimes comme moi, des femmes dans plus de 90 % des cas, le plus souvent des adolescentes. Je n’enverrai pas à la société française un message qui dirait : « Devant du revenge porn, couchez-vous. »

Au contraire ! Je dis : « Ce que je fais avec ma zigounette ne regarde que moi ! »

Je le dis pour toutes celles à qui on a fait comprendre qu’elles ne l’avaient peut-être pas volé en posant pour ces photos.

Je le dis au nom de « Cindy la Suceuse », cette jeune femme qui a vu un jour des photos d’elle nue, dans des positions explicites, imprimées et distribuées dans toutes les boîtes aux lettres de son immeuble.

Au nom de Corinne, 16 ans, qui a reçu un lien vers une vidéo de YouPorn que son ex avait mise en ligne et qui n’a pas voulu porter plainte, parce qu’elle ne voulait surtout pas que son père soit au courant « parce que ça lui aurait fait trop de mal ».

Au nom de Veronica, cette mère de famille espagnole de 32 ans qui s’est suicidée en mai 2019 après qu’une vidéo d’elle à caractère sexuel vieille de cinq ans a été partagée au sein de son lieu de travail.

Au nom de Juliette qui s’est jetée sous un train le 3 mars 2016, quelques jours avant son 16e anniversaire parce que des photos d’elle dénudée, diffusées à son insu, circulaient de portable en portable dans son lycée.

À lire aussi: « Revenge porn » : quand Facebook vous protège de tout sauf de lui

Et la liste est encore plus longue que mon sexe qui pourtant en a impressionné plus d’un…

À notre époque où l’on confond honnêteté et transparence, je vous offre les deux avec ma vidéo (chers membres de l’Académie des Césars, n’oubliez pas de voter pour moi dans la catégorie meilleur court-métrage), les deux, disais-je, puisque j’ai l’honnêteté de ne pas nier qu’il s’agit bien de mon pénis, alors que rien ne le prouve et qu’en plus je vous le présente sans aucune opacité.

Enfin, soyons sérieux ! François Fillon a dû se retirer de la présidentielle parc

Article réservé aux abonnés

60 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Mars 2020 - Causeur #77

Article extrait du Magazine Causeur

Lire la suite