(Avec AFP) – Athènes et Belgrade ont confirmé que le passeport syrien retrouvé près d’un kamikaze du Stade de France était celui d’un migrant arrivé le 3 octobre par l’île grecque de Leros.

Le journal populaire serbe Blic, où le pouvoir distille des infos, confirme qu’Ahmed Almuhammed avait ensuite été enregistré comme réfugié en Serbie le 7 octobre. Puis en Croatie, en Autriche, en Allemagne…

« Tous les réfugiés ne sont pas des terroristes de l’EI. Mais croire qu’il n’y a aucun combattant parmi les réfugiés est naïf », a relevé dimanche dans la presse allemande Markus Söder, un ténor du parti bavarois CSU. « Paris a tout changé » et « le temps n’est plus à une immigration incontrôlée », a-t-il martelé.

Plus de 800.000 migrants sont arrivés en Europe par la mer depuis le début de l’année, en majorité depuis le Moyen-Orient, et l’Allemagne table sur l’accueil de près d’un million de réfugiés à elle seule cette année.

S’il est évident que cette vague migratoire n’est pas la cause mais bien davantage la conséquence du terrorisme islamiste, comment affirmer qu’aucun djihadiste ne se glisse dans la foule des réfugiés que nous accueillons ?

C’est pourtant ce qu’assuraient de grands médias ces dernières semaines, avec un zèle étonnant. Ainsi, le site de la radio publique France Inter titrait il y a exactement deux mois un article « Réfugiés : le fantasme de l’infiltration terroriste ».

réfugiés terroristes France Inter

Ce week-end, au lendemain des attentats qui ont ensanglanté la capitale, et dont on sait désormais qu’un passeport de réfugié syrien a été retrouvé près de l’un des auteurs, surprise : le titre de l’article de France Inter a été modifié pour devenir : « Des terroristes parmi les migrants ? »

réfugiés terroristes France Inter

Ce qui était un « fantasme » aux yeux de nos fonctionnaires de l’info est donc subitement devenu une question légitime, à laquelle on suggère que la réponse pourrait bien être positive. Il eut été plus honnête et plus élégant de reconnaître son erreur sur le sujet. Mais ce n’est pas le genre de la Maison de la radio.

Pour faire bonne mesure, signalons toutefois que France Inter n’est pas la seule rédaction à caviarder grossièrement ses propres publications a posteriori. D’autres médias, comme RTL, ont carrément fait disparaître de précédents articles sur la « rumeur » voulant que des terroristes se cachent parmi les migrants…

Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Partager
Pascal Bories
est journaliste.est journaliste.