Home Politique À Villeneuve-sur-Lot, aucun électeur de gauche n’a voté FN !


À Villeneuve-sur-Lot, aucun électeur de gauche n’a voté FN !

À Villeneuve-sur-Lot, aucun électeur de gauche n’a voté FN !

philippot fn le pen

« Aucun électeur de gauche n’a voté pour le Front national au second tour. » La déclaration de Bruno Le Roux, président du groupe socialiste à l’Assemblée nationale, se veut péremptoire et performative : puisque le réel doit épouser le rationnel, l’impensable n’est pas. Contre toute évidence, malgré les vingt-deux points glanés par le candidat frontiste Etienne Bousquet-Cassagne entre les deux tours de l’élection législative de Villeneuve-sur-Lot dans son duel avec l’UMP, il semblerait que le peuple de gauche ait courageusement répondu à l’appel de ses dirigeants : No pasaran, comme dirait Joseph Macé-Scaron sur Twitter ! Ce matin, Libération emboîte le pas à Le Roux au prix d’un numéro d’équilibrisme qui nous ferait presque regretter le récent départ de la rédaction de Nicolas Demorand : l’électeur socialiste s’abstient ou vote UMP, fermez le ban ! Certes, Libé fait cracher le morceau à un mystérieux « conseiller ministériel », selon lequel « Entre le choix de diviser la droite ou de conforter l’UMP, certains ne tergiversent plus. Ils font le choix d’affaiblir l’UMP, que cela passe par une abstention ou un bulletin blanc, voire un bulletin FN ». Vade retro, le mot est lâché ! Et Christophe Borgel, inamovible secrétaire national du PS aux élections, d’enfoncer le clou : « Le refus du FN a mieux fonctionné que certains ne le craignaient mais une partie du PS ne veut pas de l’UMP de Patrick Buisson. » Il n’y a guère que Libé pour aller un chouïa plus loin dans l’euphémisme : « Quant à l’abstention, elle a singulièrement reculé hier. Mais cette participation en hausse n’a pas forcément fait le jeu de l’UMP. » L’électeur socialiste vote avec ses pieds, mais prend bien soin de ne pas toucher un bulletin FN : du coup, dans cette circonscription longtemps acquise à gauche, qui plébiscite le candidat bleu marine ? Des électeurs fantômes sans doute, les mêmes qui ne veulent pas de l’UMP buissonnisée pourtant représentée à Villeneuve-sur-Lot par un juppéiste bon teint, soutenu par l’UDI et tout ce que la droite compte d’esprits raisonnables.
La blague a assez duré. La ficelle est trop grosse pour ne pas laisser apparaître ce que « certains (…) craignaient » : la constitution d’une réserve de voix frontiste à gauche. Des légions d’électeurs de gauche, sans doute enhardis par l’affaire Cahuzac mais surtout considérablement déçus de la politique gouvernementale, se reportent au second tour sur le Front national sans autres formes de remords. À force de stigmatiser les opposants au mariage gay, de résumer le socialisme réellement existant à la marche progressiste vers le mariage et l’adoption pour tous, le PS s’est tiré une sacrée balle dans le pied. Dans l’histoire, les comptes offshore du pauvre Cahuzac agissent comme un papier pH de l’acidité populaire – populiste, diraient les autruches. La preuve qu’il y a quelque chose de pourri au royaume du socialisme français, c’est que François Hollande himself est intervenu en direct d’Amman en Jordanie (où l’attendaient pourtant quelques dossiers à peine plus sensibles qu’une partielle lot-et-garonnaise : la crise syrienne, le conflit israélo-palestinien, l’instabilité de l’Irak, la question nucléaire iranienne, j’en passe…). Qu’a dit le grand manitou élyséen ? « Nous aurons à tirer toutes les leçons de ce scrutin, et du premier tour et du second tour. » Sibyllin, le propos n’en est pas moins lourd de sens pour qui connaît la faible appétence du président pour les questions sociétales, devenues malgré lui la marque de fabrique de son début de quinquennat. Message de service au groupe parlementaire socialiste : le mariage gay et l’adoption ont fait assez de dégâts comme ça, oubliez la PMA et le droit de vote des étrangers, la plèbe veut du boulot ! Parce qu’un beau jour, en dépit du déni de réel de la gauche institutionnelle et des rodomontades calibrées d’un Montebourg contre l’Europe de Barroso, le péquin de gauche exaspéré par la crise pourrait bien voter FN dès le premier tour.
La gauche pensait avoir retrouvé le peuple en 2012 : caramba, encore raté !

*Photo : Birdyphage.


Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Previous article Révo cul dans l’UMPop
Next article Villeneuve-sur-Lot, et alors ?
est journaliste.

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération