Vous connaissez certainement La Mauvaise réputation de Brassens :

« Pas besoin d’être Jérémi’,

Pour d’viner l’sort qui m’est promis :

S’ils trouv’nt une corde à leur goût,

Ils me la passeront au cou.

Je ne fais pourtant de tort à personne,

En suivant les ch’mins qui ne mèn’nt pas à Rome ;

Mais les brav’s gens n’aiment pas que

L’on suive une autre route qu’eux… »


Brassens – La mauvaise réputation par bisonravi1987

Et aujourd’hui Rome c’est, pour France Inter et bien d’autres, Emmanuel Macron.

Il y  avait dans cette radio (écœuré il vient d’en démissionner) un humoriste du nom de Pierre-Emmanuel Barré. De nos jours, l’humoriste est l’accessoire indispensable de toute émission qui aspire à faire de l’audience. Il est ce que furent au Moyen-Âge les fous du roi. Il distrait, il amuse. Mais gare à lui s’il déplait au roi.

Tu votes ou tu la boucles

Pierre-Emmanuel Barré a déplu au roi. Il a, pour une fois, décidé d’aller sur son petit bonhomme de chemin sans se soucier des « brav’s gens » qui, écoutons Brassens, « n’aiment pas que l’on suive une autre route qu’eux ». Il a fait un sketch renvoyant Emmanuel Macron et Marine Le Pen dos à dos, refusant ainsi de choisir entre la peste et le choléra.

Mal lui en a pris. Au dernier moment, son sketch a été déprogrammé. Barré a aussitôt démissionné de France Inter, devenu la voix de son futur maître. Il a, criant à la censure, posté son sketch sur Facebook : 5 millions de vues ! Une audience que n’avaient certes pas imaginée les procureurs de France Inter.

Mais il parait que Barré prend la mouche pour pas grand-chose. Car il n’y a pas eu de censure. C’est Nagui, l’animateur de l’émission, qui le dit dans une réponse qui vaut son pensant de tartufferie. Peu importe, dit en substance le présentateur, que Barré casse du sucre sur le dos de Macron ou de Marine Le Pen. Il est libre de le faire. A la bonne heure donc ?

>> A lire aussi: France Inter, radio de sévices publics

Non car il faut lire la suite : Nagui estime qu’avec son « ni-ni » l’humoriste appelle à l’abstention. Ce qui revient, selon lui, à favoriser Marine Le Pen. Vous suivez ? C’est le même qui, plus haut, avait dit que Barré était libre d’enfoncer Macron. C’est de la choucroute ? De la semoule ? Les deux mélangés ?

De toute façon, toujours suivant Nagui, si censure il y a eu elle n’est pas du tout grave comparée à celle qui nous attend en cas de Marine Le Pen. France Inter bâillonné… Les artistes réduits au silence… Quelle hypothèse épouvantable !