Je suis tombé par hasard sur un vieux pote, un vieux camarade du PCF, celui d’avant, celui du temps de Georges Séguy, que je n’avais pas vu depuis longtemps. On s’est croisé le matin, sous le soleil provençal, au moment où des familles rentraient dans l’église qui comme chacun sait est au milieu du village. Était-ce parce qu’il y avait pas mal de monde, mais il m’a posé une drôle de question. Point de départ d’un petit dialogue que je rapporte ci-dessous.

« Mais dis donc, on dirait qu’il y a plus de monde que d’habitude. Ah oui, c’est parce qu’on est le 15 août aujourd’hui n’est-ce pas ? J’ai entendu dire que c’était une fête importante pour les chrétien-ne-s. Ils fêtent la naissance de Napoléon, c’est ça ? Ou plutôt l’anniversaire du débarquement de Provence ?

– Non, pas tout à fait. C’est la commémoration de la montée au ciel de Marie, la mère de Jésus. Fête très importante pour les chrétiens. Tu sais, Marie, celle qui a été conçue sans le péché originel, qui a été enceinte de Jésus tout en restant vierge, et qui était au pied de la croix au moment de la crucifixion. Je ne me rappelle plus si elle a revu son fils après la résurrection. L’histoire ne tient pas debout, bien sûr, mais les catholiques y sont attachés. Ils appellent cela l’Assomption. Depuis le XIXe siècle le culte marial est devenu très important, il paraît qu’il y eut même un débat au cours du concile Vatican II pour savoir si Marie ne devait pas être considérée comme «co-rédemptrice ». Et que la majorité qui le refusa fut très courte.

– Houh la la, c’est compliqué ton truc. Je ne sais pas si tu as remarqué mais maintenant, le Parti souhaite les fêtes religieuses aux musulman-e-s. Et on nous reproche de ne pas faire la même chose pour les chrétien-ne-s. Si tu me dis que c’est une fête importante pour eux, il faudrait peut-être dire quelque chose.

– Premièrement, si tu dis quelque chose ce sera seulement pour, les cathos, les autres chrétiens, Marie, ils s’en tapent un peu.

– Parce que tous les chrétien-ne-s ne sont pas cathos ? C’est compliqué ça, avec l’islam c’est plus simple. Avec le bouddhisme c’est facile, il suffit de faire la bise au dalaï-lama, de se mettre une écharpe blanche autour du cou, et de faire l’éloge du fiston de Revel dont je ne me rappelle plus le nom. Ah si, Ricard comme le pastis. Bon alors je vais la jouer comme Hidalgo avec les fêtes musulmanes : « je souhaite à tous mes amis, mes frères, mes sœurs, mes concitoyens parisiens catholiques une bonne fête de la Vierge qu’est montée au ciel », ça va là ? Ou comme Cazeneuve, il suffit d’enlever le mot parisien et ce sera bon. C’est bizarre, j’ai cherché des vieux communiqués de souhaits aux chrétien-ne-s n publiés à l’occasion du 15 août et je n’ai rien trouvé.

– Adapte ceux de l’islam, c’est pas ça qui manque, et ça fera l’affaire. Et puis tu peux peut-être la jouer comme la JC, la Jeunesse Communiste, mais l’officielle hein ? La JCO (JCO Santiaano ! Je sais, c’est stupide mais Hugues Aufray me pardonnera). Ils ont fait un truc super chouette avec les musulmans, ils se sont tapé la cloche à chaque rupture de jeûne pendant le ramadan. Bon, ils n’ont pas picolé bien sûr, mais ils se sont empiffrés, et crois-moi pas dans le genre vegan et gluten free. Il y en a quelques-uns qui ont changé de catégorie de poids. Avec les cathos même s’ils sont radins, vous pourriez avoir droit au vin de messe. Et puis on imagine le tract distribué avec L’Huma dimanche « venez avec nos frères cathos prendre un repas fraternel à la fin de la procession du 15 août ». Bon, pour la rupture du jeûne avec les musulmans, l’invité de marque devait être pour les porter et sont la posées là-haut frais là-haut dans la mise en attente mais j’étais des Tariq Ramadan, là ce sera Philippe de Villiers. Tu me diras, finalement chacun dans sa spécialité, c’est un peu le même genre. Non, j’exagère un peu l’équivalent de Ramadan chez les cathos, ce serait plutôt l’abbé Cottard.

– Mais dis donc, c’est un peu compliqué ton machin. Le Ramadan, l’Aïd El Fitr, le Laylat al-Qadr, l’Aïd al-Kebir, la Jalsa Salana, l’Achoura, le Laylat al miraj, le Laylat ul Bara’ah, maintenant au PCF on maîtrise bien. N’oublie pas, que jusqu’à il n’y a pas longtemps la religion ce n’était pas un sujet. On avait confié à Maxime Gremetz la question des rapports avec les chrétien-ne-ns-nes , c’est dire si on s’en foutait. Avec l’islam, on a été sérieux et ça a demandé un sacré boulot. Alors s’il faut se mettre à la liturgie des chrétien-ne-ns-nes ça va devenir pénible. Déjà qu’à l’école centrale du Parti, avec le livre I du Capital, il faut maintenant aussi se farcir le Coran, s’il faut ajouter le Nouveau Testament ça va faire lourd.

– Ah oui, tu as raison, c’était mieux quand elles nous foutaient la paix, les religions. Il n’y a qu’à revenir à une lecture stricte de la loi de 1905, surtout que les cathos, ils sont malins, il faut se méfier. Quand ils voient que l’on caresse l’islam dans le sens du poil, ils essaient de profiter des bruits de l’orchestre pour nous fourguer des trucs et récupérer un peu de ce qu’ils ont perdu. On ne présente ses vœux à personne et comme ça on sera tranquille.

– Non mais, tu es fou ? Ne pas souhaiter les fêtes religieuses musulmanes aux musulman-ne-es-nes c’est du racisme. On ne peut pas arrêter de présenter des vœux aux musulman-ne-es-nes à l’occasion de toutes leurs fêtes. Tu ne serais pas un peu islamophobe toi ?

– Ben, les religions, c’est pas trop mon karma, et en ce moment je trouve que ça tourne carrément pénible. Et puis tiens, j’en profite aussi pour te dire que l’habitude qui consiste à mettre des E et des S avec des tirets partout pour faire féministe, déjà à lire c’est insupportable, mais à parler comme tu le fais, excuse-moi mais on ne comprend rien.

– Eh bien dis donc, toi tu as drôlement mal tourné. Déjà que tu es eurosceptique, que tu es contre l’euro, et que tu n’aimes pas Montebourg le candidat du Parti pour 2017, je constate que tu es en plus islamophobe, et que tu refuses d’écrire et de parler le féministe. On va te convoquer et tu es bon pour les caves de la Loubianka. Nan j’rigole, maintenant au Parti il y a des tendances, des fractions comme disait Lénine quand il les a interdites. Hue les a autorisées. Tout le monde dit ce qu’il veut et fait n’importe quoi. Reviens aux réunions, tu verras c’est sympa.

– Réunions de cellule ? Non c’est vrai ça n’existe plus les cellules. Bon écoute, je vais réfléchir, je vais relire des 21 conditions et je te dirai.

– Les 21 conditions de quoi ? »

Il était sincère, je ne lui ai pas répondu, on s’est fait un bel abrazo à la cubaine, et j’ai promis de passer le voir à son stand à la Fête de l’Huma. Le lendemain matin, j’ai scruté les réseaux, et je n’ai pas vu le moindre souhait des camarades aux cathos pour leur grande fête de Marie. Et c’est mieux comme ça.

Mais je crois que je n’irai pas à la Fête de l’Huma, j’ai un peu peur qu’ils aient supprimé les buffets campagnards.

Partager
Régis de Castelnau
Avocat.Régis de Castelnau anime le blog Vu du Droit depuis 2012. En consacrant sa vie professionnelle d’abord au Droit social puis au Droit Public dont il fut un des premiers praticiens actifs au sein de la profession d’avocat. Il y ajouta une activité universitaire, doctrinale ...