Ceux qui auront choisi TF1 hier soir pour suivre en direct les derniers événements vaticans ont fait la mauvaise pioche. Non pas que le plateau d’experts entourant le présentateur ait été moins honorable qu’ailleurs ou les images plus pauvres – toutes les chaînes avaient les mêmes, le direct étant assuré par la RAI.
Non, non le lézard, c’était la traduction en direct de l’allocution par laquelle Monseigneur Tauran annonçait lequel des cardinaux allait succéder à Benoît XVI et quel prénom papal l’élu avait choisi de porter. Manque de bol, si l’interprète latin-français pigée pour l’occasion par la chaîne a impeccablement traduit la majeure partie de l’allocution du cardinal protodiacre, qui est d’ailleurs la même depuis quelques lunes, elle a malencontreusement séché sur le nom patronymique du nouvel Évêque de Rome, ce qui a donné un truc cocasse du genre : « Je vous annonce une grande joie : nous considérons comme Papele très éminent et très révérend seigneur, le seigneur Georges, le cardinal de la sainte Église romaine Heu, Heuuuuu qui s’est donné le nom de Franciscum. »
Non habemus scoopum : faute d’avoir eu l’idée de recruter pour la circonstance quelqu’un qui connaisse à la fois son latin et son Église (un prêtre, même défroqué, aurait pu faire l’affaire), on a tout su, tout vu, sauf la nouvelle qu’on attendait depuis une heure, à savoir l’état civil du nouveau pape.
Cela dit, mieux vaut quelques secondes, somme toutes amusantes, de non-expertise promptement rectifiée que l’infinie vanité de certains spécialistes. Ainsi, les infortunés téléspectateurs de France 2 auront eu droit dès le réveil et en direct live à cette sentence définitive prononcée à l’encontre de François par l’inénarrable historien des religions Odon Vallet : « S’il avait été à fond contre la dictature argentine, le pape serait au fond de l’océan.» 

Lire la suite