Dans la foulée de l’élection de Miss France, un lecteur nous a transmis le communiqué suivant :

« Un manque de représentativité de la population française contemporaine lors d’un tel événement est grave, évidemment. Il s’agit d’une véritable négation de l’existence des Français de souche, qui disparaissent le temps d’une soirée de notre territoire», souligne le président du Conseil Représentatif des Associations Blanches dans un communiqué co-signé par le fondateur de Miss White France.

« L’élection Miss France est un des rares événements d’envergure, se voulant porteuse, jusque dans son nom, d’une certaine identité nationale (…) La plupart des discriminations sont basées sur le physique, justement », ajoutent les signataires »

« Dans le monde désuet, voire parallèle, de Miss France, les Blancs ne peuvent apparemment venir que des départements ruraux. Quant aux Français catholiques, ils étaient représentés par une seule candidate, vite éliminée (peut-être était-elle trop catho ?)», notent les associations, regrettant que « Miss France (soit) aussi noire que l’ébène jadis rapporté de nos colonies ».

Vous frémissez devant une rhétorique aussi abruptement racialiste ? Pas de panique, ceci est une parodie. Voici le vrai communiqué des associations antiracistes et diversitaires :

« Un manque de représentativité de la population française contemporaine lors d’un tel événement est grave, évidemment. Il s’agit d’une véritable négation de l’existence des Français d’origine africaine, qui disparaissent le temps d’une soirée de notre territoire», souligne le président du CRAN dans un communiqué co-signé par le journaliste Fred Royer, créateur de l’élection Miss Black France.

« L’élection Miss France est un des rares événements d’envergure, se voulant porteuse, jusque dans son nom, d’une certaine identité nationale (…) La plupart des discriminations sont basées sur le physique, justement », ajoutent les signataires. »

« Dans le monde désuet, voire parallèle, de Miss France, les Noirs ne peuvent apparemment venir que des départements d’Outre-Mer. Quant aux Français originaires du Maghreb, ils étaient représentés par une seule candidate, vite éliminée (peut-être était-elle trop musulmane ?)», notent Louis-Georges Tin et Fred Royer, regrettant que « Miss France (soit) aussi blanche que la neige de fin d’année déposée sur les clochers de notre France éternelle ».(sic)

Ouf, la tolérance est sauve !