Accueil Édition Abonné Mathématiques: Macron et la politique de la patate chaude

Mathématiques: Macron et la politique de la patate chaude

Puisque ces mystères nous dépassent, feignons d’en être l’organisateur...


Mathématiques: Macron et la politique de la patate chaude
Emmanuel Macron et son nouveau ministre Pap Ndiaye visitent une école primaire à Marseille, 2 juin 2022 © Ian Hanning/SIPA

Ceux qui escomptaient de ce second quinquennat un quelconque changement peuvent remiser leurs espoirs. Il commence sous les mêmes auspices que s’est déroulé le précédent. Les récentes déclarations du président concernant l’Éducation nationale en fournissent la preuve éclatante.


Escorté du successeur de Michel Blanquer, le président vient d’annoncer des mesures-chocs, à commencer par le rétablissement des mathématiques dans les filières littéraires. Soit le premier « détricotage », prélude probable à bien d’autres, d’une décision emblématique prise par le ministre précédent.

A lire aussi, Elisabeth Lévy: La vérité si elle ment!

Preuve, toutefois, que la théorie du « en même temps » reste en vigueur, les mathématiques sont de retour parmi les matières fondamentales, mais à raison d’une heure et demie hebdomadaire, soit un horaire aussi restreint que ridicule. Voilà qui atténue sensiblement la portée de ce changement. De plus, comme si cela ne suffisait pas à édulcorer cette mesurette, il s’agira d’un enseignement facultatif… Bref, une décision propre à mécontenter tout le monde !

La patate chaude

Autre annonce du Président, la possibilité, pour les chefs d’établissement, de recruter eux-mêmes les personnels enseignant dans leur école, collège ou lycée.

Une décision qui vaut un aveu d’échec. L’Éducation nationale est moribonde, pour de multiples raisons. Le métier  est si défavorisé que la crise des vocations bat tous les records chez les enseignants, mal payés, déconsidérés, bafoués tant par leur administration que par les élèves ou leurs parents. Résultat, une crise sans précédent caractérisée, entre autres, par  la difficulté du recrutement. Un problème insoluble qui nécessiterait des réformes drastiques si nos gouvernants décidaient de le prendre à bras le corps, ce qui n’est manifestement pas leur préoccupation première. Alors, que faire ? Se débarrasser au plus vite de cette patate chaude pour la refiler à d’autres, fût-ce au mépris de toute légitimité et du principe d’égalité, si souvent proclamé à tort et à travers.

A lire ensuite: Et si Pap Ndiaye n’était pas ce monstre que nous décrit la droite?

La seule présence de Pap Ndiaye au côté de Jupiter prouve à l’évidence qu’il cautionne cette politique à la petite semaine, dépourvue d’envergure et de la moindre vision d’ensemble. « Puisque ces mystères nous dépassent, feignons d’en être l’organisateur », écrivait Jean Cocteau. En transposant, mais à peine, le stratège de l’Élysée pourrait dire : « puisque ces problèmes nous dépassent, chargeons les autres de les résoudre ». Telle est la politique de la patate chaude. 

Au véritable french tacos

Price: 13,20 €

16 used & new available from 3,99 €




Article précédent Le Portugal raconté par Yves Léonard
Article suivant «Belle personne»: une insulte aux oreilles d’une mal-comprenante
Journaliste et écrivain, a enseigné les lettres classiques au lycée et l'histoire du jazz à l'université.

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération