Si la réalité dépasse parfois la fiction, c’est que la fiction précède souvent la réalité. La littérature prévoit l’avenir. Cette chronique le prouve.


« La Cour d’Honneur de l’Élysée est connue pour ses tapis rouges. Le 21 juin, elle se transforme en piste de danse pour la Fête de la Musique ! Au programme : Busy P, Cézaire, Chloé, Kavinsky et Kiddy Smile. Les places sont limitées : inscrivez-vous vite ! », clamait le compte Twitter de la présidence pour la Fête de la musique 2018. Transformer les lieux de pouvoir en lieux de fêtes, pour s’attirer les bonnes grâces du peuple et surtout de la jeunesse, voilà qui ne date pas d’hier. Les empereurs romains s’en firent une spécialité, notamment les psychopathes de la dynastie julio-claudienne vus par Suétone, tel Caligula : « Pour augmenter à jamais la durée des réjouissances publiques aux fêtes des Saturnales, il y ajouta un jour, et le nomma “la fête de la jeunesse”. »

Saint-Simon, fine mouche, dans ses Mémoires, avait compris pour sa part cette utilisation très politique du lieu de pouvoir : « Ce fut là où il commença à attirer le monde par les fêtes et les galanteries, et à fa

Article réservé aux abonnés

60 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Ete 2018 - Causeur #59

Article extrait du Magazine Causeur

Lire la suite