Home Politique Macron: un start-uper ne devrait pas lire ça!


Macron: un start-uper ne devrait pas lire ça!

L'entretien que le président a accordé à la N.R.F révèle un lecteur complexe

Macron: un start-uper ne devrait pas lire ça!
Emmanuel Macron au Salon du lire de Paris, 2018. Sipa. Numéro de reportage : 00849837_000036.

Surprenant l’entretien qu’Emmanuel Macron a accordé à la Nouvelle revue française (NRF). S’il y a bien un lieu où je ne l’attendais pas, c’est dans cette prestigieuse revue à vocation purement littéraire. Je l’ai lu avec une curiosité vorace, m’attendant au pire. Et force m’est d’en convenir, il s’en tire diaboliquement bien citant tantôt Stendhal (” Il est une façon de manger un œuf à la coque qui annonce les progrès faits dans la vie dévote » ), François Mauriac et son Bloc-Notes de L’Express ou Pierre Viansson-Ponté qui dans une chronique légendaire du Monde  écrivait peu avant Mai 68 : “La France s’ennuie “.

Retour du tragique

À la question : « Que diriez-vous en 2018 ? », Emmanuel Macron répond : « Je ne pense pas que la France s’ennuie, mais elle est inquiète.” Et elle a toutes les raisons de l’être, ajoute-t-il, car « l’Histoire que nous vivons en Europe redevient tragique. Elle ne sera plus protégée, comme elle l’a été depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale ». Paradoxalement, c’est ce qui le rend optimiste. Et cette confession sidérante : « Du point de vue du système politique traditionnel, je suis une aberration. En réalité, je ne suis que l’émanation du goût du peuple français pour le romanesque. » Dommage à ce propos,  puisqu’on lui demande ce qu’il lit, qu’il ne mentionne pas Michel Houellebecq : la confrontation ne manquerait pas de sel.

Stendhalien jusqu’au bout

D’autant que, pour lui, la littérature l’emporte et l’emportera toujours sur la sociologie et même sur la philosophie. Encore Stendhal : « Une cristallisation stendhalienne » a débuté en 2017 avec le peuple français. Cette “rencontre amoureuse” ne durera pas, il en est parfaitement conscient. Cette lucidité donne à son personnage romanesque – encore et toujours Stendhal – une profondeur inattendue. La différence engendre la haine et c’est pourquoi il la cultive. Sans guillotine, pas de gloire. Du coup, le stratège cynique, l’ambitieux sans scrupule, l’économiste dénué de toute compassion se métamorphose par la magie de la littérature en un en personnage infiniment plus complexe qu’il n’y paraît, porté par un narcissisme sans limite, mais également une culture littéraire qui demeure son point d’ancrage. Tout au moins quand il s’exprime dans la NRF.

La Nouvelle Revue Française

Price: 5,72 €

19 used & new available from 0,97 €


D'un bloc-notes à l'autre 1952-1969

Price: 25,00 €

27 used & new available from 11,38 €


De l'amour

Price: 9,70 €

26 used & new available from 2,79 €


Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Previous article “Close-Up” d’Abbas Kiarostami, l’autre visage de l’Iran
Next article Marin, l’autre héros français

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération