La guerre civile libyenne n’en finit pas de faire des victimes collatérales.
Spontanément, on pourrait penser aux trop nombreuses victimes des milices d’AQMI qui se fournissent en armes et munitions à gogo auprès de leurs petits camarades islamistes libyens, lesquels les avaient reçues (et gracieusement !) de l’Occident en 2011 dans le but d’en finir avec l’abominable homme des sables.
La suite, on la connaît : Kadhafi fut chassé non seulement de son palais de Tripoli, mais aussi des statistiques de l’ONU sur la population planétaire. Pour fêter ça, ses remplaçants s’empressèrent d’instaurer la charia, un des rares éléments de doctrine qui fasse l’unanimité parmi les caïds locaux, l’autre point d’accord général étant que les chefs des tribus voisines sont tous des chiens pouilleux à abattre sans délai.

*Photo : United Nations Photo.

Lire la suite