L’art tauromachique reste inscrit au « patrimoine immatériel » de la France. Les cris d’orfraie des amis des bêtes n’ont pas empêché cet acte de reconnaissance du legs inestimable que nous ont fait nos amis espagnols. Dans la symbolique économique, le bel animal revêt cependant une signification opposée à celle que lui a attribuée la tauromachie[1. Le monde entier connaît le taureau de bronze de Wall Street. Dans le jargon des financiers, bullish market (de bull, taureau) désigne un marché à la hausse et bearish market (de bear, ours) un marché à la baisse.]. Tandis que le taureau statufié de Wall Street incarne l’optimisme des marchés, le noble acteur des arènes espagnoles est voué, sauf cas d’espèce, à mourir sous les coups du matador qui l’a mis en scène. Toute la révérence qui entoure la victime du drame tauromachique n’empêche pas que c’est à l’homme que revient en définitive l’honneur d’incarner la fierté et la bravoure espagnoles.

Ces deux symboliques du taureau, promis à la mort ou annonciateur de succès, tissent une parabole de la trajectoire espagnole des vingt dernières années.

Photo : Lui G. Marín – www.luimalaga.com

Lire la suite