Home Brèves Le jeudi, c’est ravie au lit !


Le jeudi, c’est ravie au lit !

Non contents d’être des gens flegmatiques et des joueurs de cricket remarquables, les Britanniques sont aussi un peuple des plus organisés. Une place pour chaque chose et chaque chose à sa place !

Il en va de même pour la gestion du temps, du moins si l’on en croit le magazine Which, repris par The Sun. Ainsi apprend-on que pour vendre un bien immobilier, le meilleur jour est le vendredi. C’est toujours bon à savoir, même si on ne vend pas sa maison toutes les semaines.

Par contre, pour obtenir une augmentation, il faut impérativement s’y prendre un mercredi. En effet, 7 managers sur 10 de la société de recrutement Office Angels estiment que le mercredi est LE jour pour réclamer un salaire plus élevé. C’est parait-il également le jour idéal pour une virée shopping. Donc, Messieurs, si vous voulez éviter d’accompagner Madame dans les cabines d’essayage et de transporter 2 000 paquets, débinez-vous en clamant « Impossible, Chérie, j’ai RV avec mon boss aujourd’hui, je dois lui parler de mon augmentation. » Au son du mot « augmentation », Madame se verra d’ailleurs pousser des ailes !

Pour le resto, choisissez le mardi, là aussi, la presse britannique est formelle et si une demande en mariage venait couronner ledit resto, mariez-vous un vendredi. Il n’y a visiblement pas grand-chose à faire le lundi, on se demande un peu pourquoi. Par contre, pour faire l’amour, nos informateurs sont formels : le jeudi ! Selon les chercheurs de la London School of Economics, c’est même le matin que cette activité est idéale car le stéroïde secrété par le cortex qui stimule les hormones sexuelles, est au mieux de sa forme le jeudi matin.

À vos agendas : lundi repos, mardi resto, mercredi boutiques pour Madame et négociation salariale pour Monsieur, jeudi crac-boum, vendredi vente de l’appartement et mariage. Les deux jours qui suivent c’est… semaine anglaise.

Faut-il vous dire que dans ces conditions, moi je vote pour la semaine des 4 jeudis ?


Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Previous article Violences urbaines : le retour de l’excuse sociale ?
Next article M. Peillon, que cache votre « morale laïque » ?

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération