Home Politique Le Covid-19 vous salue bien


Le Covid-19 vous salue bien

Le billet du vaurien

Le Covid-19 vous salue bien
SARS-CoV-2, février 2020, U.S. National Institutes of Health © Numéro de reportage: AP22430540_000001 AP/SIPA

Le billet du vaurien


Le Covid n’est pas un vampire.

Le Covid se passe de votre consentement.

Le Covid se demande pourquoi il terrorise la planète entière.

Le Covid, pour s’excuser, a décidé de réduire sa charge virale.

Le Covid a affaibli la foi en la médecine. Il observe le docteur Knock avec attendrissement.

Le Covid est assez fier de jouer à la star dans les chaînes d’info.

Le Covid ne porte pas de masque et ne respecte aucune distanciation : il est plus humain que les humains.

Le Covid n’a jamais voulu faire de mal à personne. Juste assurer le spectacle : il y est parvenu au-delà de ses espérances.

Le Covid se réjouit d’avoir rétabli la discipline dans les lycées.

Le Covid est monogame : il a pratiquement éradiqué l’adultère.

Le Covid se moque des virologues et des épidémiologistes qui blablatent sur le sanitaire sans prendre en compte le salutaire.

Le Covid nettoie un peu la planète : il fait le boulot que les écolos sont incapables de mettre en musique.

Le Covid lutte à sa manière contre la surpopulation.

Le Covid juge les humains désespérément dépourvus d’humour, incapables de se réjouir de leur disparition.

Le Covid est nietzschéen : par-delà le Bien et le Mal.

Le Covid aurait préféré être King Kong plutôt qu’un misérable petit virus.

Le Covid vous salue bien et tire sa révérence. Rassurez-vous : avec ou sans vos barrières de précaution, il disparaîtra lui aussi. Comme il le répète volontiers : « C’est la vie ! »

Confession d'un gentil garçon

Price: 16,50 €

4 used & new available from 15,00 €


Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Previous article Aux âmes bien nées, la valeur n’attend point le nombre des années
Next article Thomas Morales, une si douce sécession

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération