Identité, Europe, immigration, ancrage à droite: avant même son élection prévisible, Laurent Wauquiez, le candidat à la présidence LR revendique sa rupture avec l’héritage de la droite gestionnaire. Entretien exclusif (2/2). 


A lire aussi: la première partie de notre entretien avec Laurent Wauquiez

Le modèle républicain assimilationniste vous paraît-il adapté aux dernières vagues d’immigration afro-maghrébine ?

Il est évidemment plus facile d’intégrer des populations qui ont les mêmes références artistiques, culturelles ou religieuses, mais il n’y a jamais d’impossibilité à intégrer quelqu’un. Notre modèle reste opérationnel, mais on a renoncé à l’appliquer. En trente ans, le creuset républicain a progressivement laissé place à une juxtaposition de communautés dans laquelle chacun revendique et oppose aux autres un droit à la différence.

Et vous, quelle politique migratoire mèneriez-vous ?

L’immigration doit être réduite au strict minimum, c’est-à-dire à quelques dizaines de milliers d’arrivées par an, aussi longtemps que nous n’avons pas réussi à reconstruire notre modèle d’intégration. En matière de politique migratoire, tout est à revoir : la jurisprudence, les textes de loi, la politique européenne. Dans ce domaine, je souhaite que la France retrouve sa souveraineté. Il est d’ailleurs ahurissant qu’on n’ait jamais demandé leur avis aux Français : quelle immigration voulez-vous ?

Un pays comme l’Allemagne, qui a une faible croissance démographique et un très faible taux de chômage a un très gros besoin migratoire, alors que la France a plutôt un bon taux démographique, mais souffre du manque d’emplois. Comme le Canada, la

Article réservé aux abonnés

85 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Décembre 2017 - #52

Article extrait du Magazine Causeur

Lire la suite