Gilles Clavreul ne lit pas Causeur. Dommage pour lui, car comme le disait Montaigne, il gagnerait à frotter sa cervelle contre celle d’austruy. Il apprendrait que le désaccord est une chose fort amusante. Mais Clavreul ne rit pas avec n’importe qui.


Le 19 novembre, Gilles Clavreul s’étrangle en découvrant sur notre site internet l’entretien que l’ami Jean-Baptiste Roques a tourné avec Thaïs, jeune militante de Génération identitaire. Il ne mange pas de ce pain rassis. Pas lui, pas ça. Il le fait savoir sur Facebook :

« Comme je ne lis pas Causeur, j’étais passé à côté de ce publi-reportage en faveur du groupuscule d’extrême-droite Génération identitaire datant de fin juin dernier. C’est comme une vidéo d’AJ+, la chaîne qatarie, mais en version réac qui s’assume.

Voilà pourquoi il n’y a rien de commun entre ceux qui défendent les principes républicains et cette droite qui se veut iconoclaste en faisant des clins d’œil à des petits fafs en bomber. On ne peut pas être républicain et identitaire à la fois, on ne peut pas se trouver de luttes communes, on ne peut pas s’allier, en aucune circonstance. Ligne rouge infranchissable. » J’apprends que le bomber(1), c’est facho. Et « réac qui s’assume », c’est un compliment ?

Si je vous cause des offuscations de cet estimable garçon, l’un des fondateurs du Printemps républicain(2), ce n’est pas pour nous disculper de l’accusation de complicité avec la bête immonde, qui nous indiffère totalement, mais parce qu’elles sont emblématiques des ambigüités de cette « gauche Charlie » (également dite républicaine) qui après des années d’antifascisme en peau de lapin, ne se trompait plus d’ennemi, c’est même pour ça qu’elle a rompu avec le reste de la famille. Elle avait compris que le vrai danger, pour le pays, venait de l’islam radical et de ses alliés extrêmes gauchistes. Elle avait arrêté d’engueuler la France des églises et des bistrots, dont elle paraissait même partager le désir coupable de défendre les mœurs et la culture françaises en France. Bref, on croyait être d’accord sur l’essentiel, en particulier l’urgence du combat commun.

On s’est trompés. On dirait qu’on n’est même pas d’accord pour s’engueuler. Certes, il reste des francs-tireurs qui préfèrent la réflexion aux réflexes, la preuve pa

Article réservé aux abonnés

60 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Décembre 2020 – Causeur #85

Article extrait du Magazine Causeur

Lire la suite