(et tous les musulmans ne les remercient pas)


Dimanche, lors de l’émission politique sur BFMTV, Jean-Luc Mélenchon a dit une vérité : « La politique n’a rien à faire dans la religion. » Pourtant, ces dernières décennies, si elle n’a rien à faire dans, elle a beaucoup à faire avec. Et c’est essentiellement avec l’islam, c’est-à-dire la seule religion qui ne soit pas seulement une religion mais aussi une loi stricte, un code juridique et un cadre rigide et idéologique ayant pour objectif de diriger fermement la vie quotidienne de ses coreligionnaires, que la politique française a à faire. Malgré tout, Mélenchon et les Insoumis ont décidé de faire des musulmans les nouveaux damnés de la terre et la réserve de votes leur permettant de reconduire quelques mandats de députés et de maires. À nos risques et périls.

Le chef des Insoumis demande au gouvernement de ne pas rallumer « les guerres de religion » dans un curieux rappel historique et anachronique. Il a compris que « c’est l’islam et pas autre chose » qui est visé  par le projet de loi contre le séparatisme. À quelle autre religion ou à quel mouvement politique le gouvernement pourrait-il penser lorsqu’il parle de « séparatisme » ? Quels Juifs, quels Bretons, quels Protestants, Basques ou Catholiques fomentent aujourd’hui des actes terroristes, mettent sous leurs coupes des quartiers entiers, agressent régulièrement ceux qui les critiquent, tuent en France au nom de leur religion ou croient que leurs valeurs religieuses sont au-dessus de celles de la République, surtout parmi les plus jeunes ?

Marianne, Charlie Hebdo et Valeurs dans le même bateau

À force d’user les patiences en mettant dans le même panier Valeurs actuelles, Marianne et Charlie Hebdo, il est arrivé que ce dernier a caricaturé Jean-Luc Mélenchon entre Edwy Plenel et Tariq Ramadan. Aux trois le journal satirique pose la question « Plutôt Charlie ou Kouachi ? » Ça n’a pas plu du tout à Mélenchon. Dans La Provence, il tire à boulets rouges et sans discernement : Marianne et Charlie sont les « bagagistes » de VA, ils utilisent des « méthodes d’amalgame d’extrême droite » et « favorisent une manière de traiter la question du regard raciste qui encourage les débordements (sic). » […] « Ils facilitent l’escalade “zemmouriste”. » C’est calibré, sans surprises, admirablement mélenchonnesque. Après sa participation au défilé de « lutte contre l’islamophobie » de novembre 2019 avec le CCIF, on pressentait que le chef des Insoumis n’était plus beaucoup Charlie. On sait aujourd’hui qu’il ne l’est plus du tout.

De son côté, lors de l’émission sur France Culture Politique ! du 19 septembre, la députée Danièle Obono a éclairé d’un jour nouveau les notions d’agression et de rejet : lorsqu’une députée LREM se retire d’une commission parlementaire parce qu’elle se sent

Article réservé aux abonnés

60 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Lire la suite