Karl Kraus à la rescousse

Après une discussion violente avec deux jeunes femmes m’intimant de retirer mon nom d’un certain manifeste, « esclavagiste » selon elles, publié par Causeur – sommation à laquelle, bien entendu, je n’ai pas donné suite –, je me suis rendu à cette triste évidence : pour elles, les hommes sont des porcs qui doivent être châtrés. Pourtant, ni l’une ni l’autre ne manquent d’atouts : l’une est une actrice de cinéma adulée dans le monde entier, l’autre une présentatrice de télévision. Elles n’ont pas cessé de me répéter que les prostituées sont des « victimes », des victimes de « porcs » (elles n’ont pas ajouté « comme toi », mais sans doute l’ont-elles pensé). De toute façon, prostituées ou non, les femmes sont des victimes. Le grand mot, après « esclavage », était lâché : « victime ».

*Photo: MARY EVANS/SIPA. 51018656_000001