Le musée du Judaïsme consacre une rétrospective à Jules Adler (1855-1950). Ce peintre naturaliste d’origine juive a immortalisé la vie populaire des ouvriers et des vagabonds sans cesser de défendre la République. Y compris sous Vichy.


Le parcours de Jules Adler est typique des artistes promus par la méritocratie de la IIIe République. Il naît en 1855 dans une famille modeste. Ses parents sont de petits commerçants juifs alsaciens établis en Champagne, puis à Paris. Il est encouragé, suit des études techniques de dessin, réussit, est encore encouragé et, de fil en aiguille, intègre les Beaux-Arts. Ses toiles sont assez vite remarquées au Salon.

Ouvriers et vagabonds

Les historiens de l’art présentent invariablement la période où Jules Adler a vécu (la fin du xixe et la première moitié du xxe siècle) comme une suite de « -ismes » qui, tels d’aimables wagonnets, avancent à la queue leu leu sur les rails de la modernité. Aucune chance d’y trouver Jules Adler, puissant peintre naturaliste mort en 1950.

Article réservé aux abonnés

60 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Janvier 2020 - Causeur #75

Article extrait du Magazine Causeur

Pierre Lamalattie
est écrivain. Dernier ouvrage paru : Précipitation en milieu acide (L'éditeur, 2013).
Lire la suite