Plus un chat au théâtre. Me demande avec quoi on va payer le sapin, mais on a le temps de s’instruire à domicile.

Exemple, la musique. Qu’est-ce qui leur plaît pas ? Début août, dixit France Info, on a chopé un gars qui rentrait de Syrie pour « frapper une ou plusieurs salles de concert sur le territoire français ». Maintenant le calife nous écrit que ses sbires ont visé « le Bataclan où étaient rassemblés des centaines d’idolâtres dans une fête de perversité ».

Moi j’ai grandi avec des trucs comme « la musique adoucit les mœurs », la harpe du roi David, le divin Mozart. « Sans la musique, la vie serait une erreur » : dans les programmes de salle que je distribue depuis trente ans, ce Nietzsche-là j’ai bien dû le lire cent fois.

Alors quoi ? Où j’ai péché ? M’était avis qu’il fallait consulter un spécialiste. Eurêka, je l’ai trouvé. Depuis vendredi 13, les journaux ne parlent que de lui et la police le surveille. Quand j’ai vu sa vidéo en octobre, c’était pas la superstar d’aujourd’hui. La leçon avait été filmée au printemps 2014 dans la mosquée Sunna de Brest. Brest, en Bretagne.

Le prof est un surnommé Rachid Abou Houdeyfa, « l’imam des jeunes », selon Mediapart. À ses pieds, une quarantaine de petits garçons (devant) et de petites filles (derrière). Questions du jour : « Est-ce que c’est grave d’écouter de la musique ? Est-ce qu’Allah aime la musique ? » Hâte de savoir.

« Qui peut me donner des exemples d’instruments de musique ? », demande le maître. Les enfants : « La flûte ! Le piano ! La guitare ! La batterie ! La trompette ! » Voix fluette au fond. « La quoi ? », s’esclaffe l’imam hilare. « La lyre ? Ça existe, la lyre ? Quelqu’un connaît ? Vous avez de la science dans ça en tout cas. »

On reprend. L’imam sérieux : « Sheitan, le diable, quand Allah l’a chassé du Paradis, quand il a désobéi à Allah, Sheitan a dit : “Laisse-moi un délai, comme ça je vais essayer d’égarer les gens, de les attirer vers le mal.” »

Qu’a fait Allah ? Allah a accordé à Sheitan ce délai. Mais il a dit à Sheitan : “Excite-les, ceux que tu pourras, avec ta voix.” Et les savants, ils ont dit que ce verset coranique, ça veut dire : les chants. La musique. » Allah déteste la musique parce qu’il déteste tout ce qu’adore Sheitan et réciproquement. « Les gens, quand ils écoutent de la musique, ils ont envie de faire quoi ? Ils dansent. Ils bougent. Pourquoi ? Parce que ça les excite. »

Voilà. La musique, ça t’excite. Sauf les monodies rituelles sans instruments, les anachids. « D’abord, le Coran. Et après, les anachids. » Point barre.

L’imam : « Le Prophète, dans un hadith authentique, qu’est-ce qu’il a dit ? Il a dit, écoutez bien. Il a dit : “Il y aura des générations, il y aura des gens qui vont boire du vin, mais ils vont lui donner un autre nom. Et il y aura des instruments de musique.” Et le Prophète, il a dit : “Il y aura des hommes et des femmes qui vont chanter. Il y aura des gens, ils vont chanter” – particulièrement des chanteuses. Qu’est-ce qu’a dit le Prophète à propos de ces gens-là ? Eh bien ! ils seront engloutis par la terre. Et ils seront transformés en singes et en porcs. » (Les élèves : « Beurk ! ») « C’est qui qui l’a dit ? C’est le Prophète Mohammed. C’est pas parce que quelqu’un va vivre un tremblement de terre qu’il a écouté de la musique. Mais dans certains cas, parce qu’il écoutait et qu’il persistait trop, ou parce que les gens écoutaient trop de musique, donc ça, c’est un risque, il peut être englouti par la terre. »

C’était la leçon de l’imam breton. Vous avez compris, ou faut que je répète ?

Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !