Home Édition Abonné Hambourg: Bismarck kaputt?


Hambourg: Bismarck kaputt?

Hambourg: Bismarck kaputt?
© D.R.

Outre-Rhin aussi, une histoire (drôle) de statue…


Depuis plusieurs semaines, la statue monumentale d’Otto von Bismarck, actuellement en cours de rénovation, est l’objet de tous les débats à Hambourg. Elle trône fièrement sur son socle au cœur de cette ville hanséatique. Haute de 34 mètres, pesant 2 800 tonnes et brandissant une épée gothique, elle symbolise toute la puissance politique d’un homme qui a contribué à unifier l’Allemagne. Mais pour les militants de Black Lives Matter (BLM), qui ont organisé des manifestations sous le slogan « Otto doit tomber », ce monument symbolise le colonialisme prussien en Afrique, responsable de centaines de milliers de morts. « Lors de la conférence de Berlin, lui et d’autres se sont penchés sur une carte de l’Afrique, puis ils ont divisé le continent entre eux comme une bande de voleurs », a déclaré publiquement le pasteur Ulrich Hentschel. Cet ancien responsable des études pour la culture du souvenir à l’Académie protestante de la ville souhaiterait qu’on déboulonne ce monument, jadis célébré par le régime nazi, ou qu’on le décapite afin de « briser sa monumentalité ». Les militants de BLM ont renchéri : « Nous ne rejetons pas Bismarck uniquement à cause de sa politique coloniale. Nous appelons également à l’arrêt des travaux, car des millions d’euros des contribuables ont été dépensés ici pour commémorer un antidémocrate et un belliciste. » De son côté, l’historien Ulrich Lappenküper appelle à contextualiser l’action du chancelier : « Une figure ambivalente avec des défauts, mais qui fait partie de l’histoire allemande. Catapulter cette figure hors de l’histoire serait pour la mauvaise voie. » La municipalité de Hambourg a annoncé qu’elle apposerait une plaque explicative et créerait une exposition permanente critique sur la politique de Bismarck. Certains ont même suggéré très sérieusement que l’épée soit remplacée par un sabre laser à LED, changeant de couleur toutes les heures, du rose au violet en passant par le vert néon, afin d’illustrer les bons et mauvais côtés du chancelier. Mais pourquoi s’arrêter en si bon chemin ? La ville pourrait également illuminer le promoteur du Kulturkampf (le combat culturel, à l’époque contre les catholiques) aux couleurs LGBT.

Septembre 2020 – Causeur #82

Article extrait du Magazine Causeur


Previous article La France inter éternelle
Next article Conflits du Haut-Karabakh : les points sur les i
Journaliste , conférencier et historien.

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération