Encore une théorie du complot de la mouvance fréro-indigéno-salafiste qui fait flop!


Cela fait plusieurs jours que la journaliste et essayiste Zineb Elrhazoui subit une (énième) campagne de haine sur le réseau social Twitter.

Cette fois, c’est le fiché S pour radicalisation islamiste du nom de Driss Yemmou qui en est à l’origine. Le fondateur de la très controversée association dite « humanitaire » Baraka City publie depuis mercredi 23 septembre des tweets à l’attention de Zineb Elrhazoui pour lui demander de rendre des comptes sur son train de vie, ses accointances et son lieu de résidence. Galvanisé par la horde de décérébrés assoiffés de commérages qui le suivent sur son compte, Driss Yemmou ne s’arrête pas là et publie des informations privées sur des personnes en les désignant comme proches du cercle de Zineb Elrhazoui.

A lire ensuite, Céline Pina: Maryam Pougetoux à l’Assemblée: se lever et partir ou rester?

On ne peut qu’imaginer le danger que courent ces personnes, qu’elles soient proches ou non de Zineb Elrhazoui, compte tenu du fait que la journaliste est, hélas, aussi connue pour être la femme la plus protégée de France.
Le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin a annoncé ce vendredi sur le journal de 20h de France 2 avoir renforcé son niveau de protection la veille.

https://twitter.com/infofrance2/status/1309558959922196480?s=20

Depuis cette déclaration, Driss Yemmou et ses comparses de l’islamosphère distillent des idées complotistes dans le but de faire croire à une connivence entre la place Beauvau et Zineb Elrhazoui. Non vous ne rêvez pas.

Dans l’après-midi de ce samedi, ils sont passés à un niveau supérieur en accusant nommément Gérald Darmanin d’abus de pouvoir car il aurait, selon ces fins enquêteurs, exigé de Twitter de supprimer les tweets de Driss Yemmou qui visent Zineb Elrhazoui.

https://twitter.com/T_Bouhafs/status/1309869520916541440?s=20

Contacté par notre rédaction, l’avocat de Zineb Elrhazoui, Maître Thibault de Montbrial nous confirme avoir procédé à une demande de retrait de ces tweets comme la loi le permet et qu’à sa connaissance, le ministre Gérald Darmanin n’y est pour rien.

Voilà de quoi décevoir ces agités du bocal qui espéraient avoir une machination à se mettre sous la dent ce week-end.

Lire la suite