Quantcast
Home Monde Rwanda: partiel et partial, le rapport Duclert


Rwanda: partiel et partial, le rapport Duclert

En partenariat avec la revue "Conflits"

Rwanda: partiel et partial, le rapport Duclert
Emmanuel Macron avec Vincent Duclert, pour la remise du rapport sur les archives françaises relatives au Rwanda et au génocide des Tutsis, Palais de l'Elysee, mars 2021 © Eric TSCHAEN-POOL/SIPA Numéro de reportage : 01011790_000008

Après deux années d’analyses d’archives, le rapport de Vincent Duclert estime que la France porte des «responsabilités lourdes et accablantes» dans la tragédie de 1994. Une tribune libre de Jacques Hogard, ancien militaire et fondateur de l’association France-Turquoise, dont la raison d’être est la défense de la vérité sur l’action de la France au Rwanda à la suite des allégations concernant cette dernière.


Le rapport « Duclert », commandé par le président de la République pour tenter de faire la lumière sur la responsabilité supposée de la France dans le génocide rwandais de 1994, fait couler beaucoup d’encre depuis sa remise le 26 mars à Emmanuel Macron par le Pr Vincent Duclert, patron de la commission de 14 historiens réunis depuis deux ans à cette occasion. Ce rapport très fouillé et très volumineux est paradoxalement partiel, et partial.

Très sévère pour la France – qu’il exonère toutefois de « complicité de génocide » -, ce rapport accable le pouvoir en place à l’époque en soulignant ce qui selon lui caractérise sa politique: un « aveuglement continu » dans le soutien au « régime raciste, corrompu et violent » alors au pouvoir au Rwanda, une « lecture ethniciste alignée sur celle du pouvoir rwandais de l’époque héritée d’un schéma colonial ».

Nonobstant les prises de position, dans l’ensemble très favorables, à l’encontre de ce rapport de 1 000 pages, j’ai quant à moi une position dissonante: pour moi, en effet, ce rapport très fouillé et très volumineux est paradoxalement partiel, et partial.

Un manque d’histoire longue

Partiel, car il ne se penche sur les relations franco-rwandaises et sur l’histoire du Rwanda que pour la période de 1990 à 1994.

Partiel parce qu’il marginalise l’importance du contexte historique du début des années 1990: fin de la guerre froide et du monde bipolaire où les rapports de force sont redistribués. Pendant la guerre froide, la France était « le gendarme de l’Afrique » et nos alliés américains la soutenaient alors. La donne a par la suite subitement changé.

Et puis on ne peut faire abstraction de l’histoire contemporaine du Rwanda « moderne », de la chute de la monarchie, de l’avènement de la république en même temps que de l’indépendance (1959/61). De même pour ce qui concerne les relations franco-rwandaises qui se formalisent à partir de 1975 au travers de la signature des accords de coopération signés au nom de la France par Valéry Giscard d’Estaing. De même pour la période dramatique qui s’ouvre fin 1994 et qui dure encore, impliquant toute la région des Grands Lacs. Il me semble que l’on ne peut rien comprendre au génocide des Tutsis de 1994 si l’on occulte tout ce contexte et en particulier:
– les massacres des Tutsis par les Hutus en 1959/60,
– le génocide des Hutus du Burundi par les Tutsis en 1976,
– les massacres des Hutus par les Tutsis du Front patriotique rwandais (FPR) entre 1990 et 1994 qui provoquent l’afflux d’un million de réfugiés devant Kigali durant cette période (des « gueux » qui seront massacrés par la suite par le FPR dans leur fuite éperdue vers et à travers le Zaïre (1995/96/97…). Ces massacres durent encore.

Tout ceci figure dans le Rapport Mapping de l’ONU (du moins dans sa version d’origine, non édulcorée), gardé en réalité sous le coude pour ne pas offenser Kagamé. Partiel aussi, car il n’évoque pratiquement pas les graves responsabilités de l’ONU, des Etats-Unis et autres puissances impliquées (Grande-Bretagne, Israël…). Et pourtant ! Il y aurait tant à dire.

Tandis que là, cette présentation partielle focalise sur la France seule. Qui a peut-être commis des erreurs d’appréciation. Mais pas au point d’être ainsi accablée face à l’opinion publique mondiale, et notamment face au Rwanda de Kagamé, très largement responsable de la situation dramatique des Grands Lacs depuis 25 ans. Alors que la France est la seule puissance à avoir tenté quelque chose pour enrayer ce processus sanglant. Il n’y a qu’à en parler avec le Pr Denis Mukwege, Prix Nobel de la Paix. Privilège qui m’a été donné une fois et que je n’oublierai pas, tant la lucidité, le courage et la haute stature morale de cet homme m’ont impressionné.

Le rapport Duclert est partial, car nonobstant l’abandon du chef de « complicité de génocide », ce qui me parait le minimum, ce rapport accable la France à travers son président de l’époque et certaines de ses personnalités politiques et militaires, soulignant en termes très durs leur cécité, leur aveuglement idéologique (complexe de Fachoda !) face à un régime raciste, totalitaire et in fine génocidaire. Tout n’est pas faux peut-être dans cette vision. Mais elle est aisée après coup quand tout s’éclaire avec le recul du temps.

Et puis surtout, cela procède – comme pour l’Algérie avec le rapport Stora – d’un esprit de repentance aussi obstiné que contre-productif, qui, je dois le dire, ne me fait pas vibrer. C’est la France qui est ainsi humiliée à la face du monde. Depuis quelques jours, beaucoup d’amis africains me demandent quelle mouche a piqué Macron pour s’auto-flageller ainsi ? « Vous êtes vraiment masos, vous les Français ! » me disent un certain nombre de mes correspondants ! Ils n’ont pas tort. Le pire est ce faisant que la France s’humilie devant un régime totalitaire et ethniciste auprès duquel son prédécesseur fait figure d’ « enfant de Marie ». Il faut s’attendre en conséquence à ce qu’un nouveau rapport, dans 20 ou 25 ans au plus tard (cela risque de venir beaucoup plus tôt), fustige à son tour en termes plus sévères encore la cécité, l’aveuglement coupables de ceux qui auront ainsi cherché à plaire et complaire au début des années 2020 au calamiteux régime totalitaire du général-président Kagamé !

Le rapport Duclert est partial, car il ne fait guère preuve de rigueur historique en laissant entendre, par exemple, que l’attentat du 6 avril 1994 a été commis par les extrémistes hutus, thèse à laquelle les gens sérieux ne croient pas, pas même les magistrats français qui ont conclu à un très diplomatique non-lieu, tout en écrivant que tout converge quand même pour imputer au FPR cet événement déclencheur du génocide ! … Et d’ailleurs, c’est intéressant de noter qu’aussitôt que sont évoqués l’attentat et ses responsables, le rapport Duclert dit alors que « de toute façon, ça n’a pas d’importance, le génocide aurait quand même eu lieu, avec ou sans attentat »!! Ce n’est évidemment ni l’avis de Carla Del Ponte l’ancienne procureure du TPIR, ni celui d’historiens ou de chercheurs éminents, mais politiquement incorrects c’est vrai, tels Lugan, Onana ou autres ! Et il y a bien d’autres exemples du même bois.

Un manquement méthodologique

On peut aussi regretter la méthode : si un doctorant avait réalisé sa thèse sur le sujet, son directeur de thèse l’aurait obligé à multiplier les…

>>> Lire la fin de l’article sur le site de la revue Conflits <<<

Les larmes de l'honneur

Price: 12,95 €

15 used & new available from 3,95 €


Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Previous article Éric Zemmour: “Quand la France était grande”
Next article Le prince est mort, vive le prince!

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération