Les 50 ans du "Jeu des 1000 euros" sur France Inter (photo : SIPA 00561974_000006)

J’ai connu jadis France Inter sous le nom de « Programme parisien de la radiodiffusion française ». Je n’ai même connu que cela comme radio, seul lien hertzien reliant le vaste monde au foyer familial, hormis quelques bribes de Radio Luxembourg picorées lors de visites chez une tante fan de Zappy Max et de la famille Duraton. Chez nous, l’exigence culturelle des parents avait pour conséquence de priver les enfants des joies simples des programmes populaires, où Luis Mariano, André Claveau, Tino Rossi squattaient les plages musicales, ponctuées de pubs pour le shampoing Dop et le savon Cadum.

On pense à tort que la mainmise du pouvoir sur les médias date du retour au pouvoir du Général. Entre les auditeurs et leur service public de radiodiffusion, le contrat était clair, défini en 1945 par le ministre de l’Information Pierre-Henri Teitgen: la radio publique française ne serait pas la BBC, en dépit des services rendus à la Résistance française par cette honorable institution britannique jalouse de son indépendance éditoriale. La radiodiffusion nationale serait la voix du gouvernement, point barre !

Lire la suite