Les Femmes sans voile d'Aubervilliers, Hannah Assouline.

A la suite de l’article de Daoud Boughezala sur Aubervilliers paru dans le numéro de Causeur d’octobre 2016 et publié ici et  sur le site internet du magazine, nous demandons un droit de réponse car son auteur nous a attribué des propos que nous n’avons jamais tenus tels que :

– « Beaucoup d’Albertivillariennes musulmanes couvrent le visage de leur petite fille à l’extérieur de l’école lorsqu’elles n’adoptent pas la burqa ».

– Dans son collège, toutes les mères d’élèves se voilent.

Comme vous avez délibérément détourné notre propos concernant Madame la Maire d’Aubervilliers :  « craint de fâcher sa base électorale… ».

Nous dénonçons cette contre-vérité.

Nous, collectif « Femmes sans voile d’Aubervilliers », considérons que le vivre-ensemble à Aubervilliers n’est pas menacé par les différentes ethnies qui cohabitent. Cela fait partie de sa propre genèse et son dynamisme. Au sujet des femmes voilées, nous estimons qu’elles sont libres de choisir la façon de pratiquer leur religion dès lors qu’elles sont majeures, même si cela les met dans un rapport d’inégalité. Toutes les religions sont sexistes. Nous sommes féministes et nous refusons tous les symboles sexistes dont le port du voile sous toutes ses formes (du foulard à la burqa). Nous réfutons l’obligation religieuse et considérons le voile comme le résultat d’un investissement idéologique.

Au sujet de notre Maire, Mériem Derkaoui, sachez que nous l’estimons pour son long combat courageux anti-intégriste et pour l’égalité des sexes. Aujourd’hui elle est Maire de tous les habitants d’Aubervilliers quelle que soit leur obédience idéologique ou politique.

 Le collectif Femmes sans voile d’Aubervilliers