Chronique de supporteur sochalien, nouvel épisode. Nous vous avions laissés en janvier dernier avec cette motion de défiance des associations de supporteurs sochaliens, contre le nouvel actionnaire chinois du FC Sochaux. Il faut le reconnaître : le mystérieux Monsieur Li a fait ce qu’il a pu pour tenter de les rassurer. Il a accepté le dialogue. Il a parfois suivi les suggestions comme lorsqu’il lui avait été conseillé de proposer plusieurs places aux abonnés à l’occasion de la demi-finale de Coupe de France contre l’Olympique de Marseille. Et il a visiblement donné les pleins pouvoirs sportifs à l’entraîneur Albert Cartier qui a pu modeler son groupe comme il le souhaitait pour entamer l’exercice 2016-2017.

Cela ne signifie pas, pour autant, que les inquiétudes se soient dissipées sur le terrain économique. Au début du printemps, le Wall-Street Journal mettait l’accent sur l’étrangeté de certaines fluctuations de l’action Tech-Pro, propriétaire de Ledus, et donc du FCSM. Et la semaine dernière, en une seule journée, la même action perdait 86% de sa valeur, suite à un rapport du cabinet Glaucus, très sévère à propos des fondations économiques de l’entreprise. Wang-Sang-Li n’a pas pu venir assister au premier match de Sochaux, à Troyes vendredi soir. À l’heure où on écrit ces lignes, on se demande d’ailleurs s’il pourra revenir. Et si le gouvernement chinois lui demandait des comptes, comme cela peut arriver dans ces cas-là dans l’Empire du milieu ? Et si Tech-Pro était en faillite, qu’adviendrait-il du FCSM ? Un repreneur potentiel pourrait-il s’en porter acquéreur ? Quel droit s’appliquerait ? Le droit chinois, français, ou celui des Îles Caïmans où est basée Ledus ? En d’autres termes, ce club historique du football français pourrait-il disparaître définitivement, entraîné par la chute de la maison-mère ? Si cela devait arriver, il faudrait se retourner contre PSA, qui a volontairement choisi de vendre à Ledus, plutôt que préférer les projets de Romain Peugeot ou de Pierre-Arnaud Rollin, en affirmant que le repreneur chinois avait « les reins plus solides ». Ce qu’on constate aujourd’hui… Qu’on ne nous dise pas que PSA n’avait pas les moyens de connaître la réalité économique de Tech Pro. Il l’a forcément étudiée pour affirmer à la presse que ce nouveau propriétaire avait les « reins plus solides ».

Les hypothèses sont les suivantes : ou PSA a menti et a réellement vendu à Monsieur Li en toute connaissance de cause, prévoyant sciemment la mort du club qu’elle ne voulait pas assumer elle-même. Ou elle a fait preuve d’une incompétence crasse. Dans les deux cas, c’est PSA qui serait responsable de la mort du FC Sochaux si elle devait advenir. Et c’est toujours PSA  qui devrait rendre des comptes devant les supporteurs, les habitants du Pays de Montbéliard et les Franc-comtois en général. Qu’on ne compte pas sur nous pour l’oublier.

Partager
David Desgouilles
est blogueur et romancier.Responsable du blog politique "Antidote" sur Causeur.fr, il a grenouillé un peu dans la politique, surtout pendant les années 90. Derniers livres parus : Dérapage (Édition du Rocher) / Le bruit de la douche (Édition Michalon)