En proposant de supprimer le défilé du 14 juillet, Eva Joly nous a rappelé opportunément que la passion des écologistes pour la Terre ne va pas sans une vaillante répudiation de la Guerre. On se souvient du mot si bizarre du défunt général Bigeard : « Etre partout où la France se bat ». L’injonction morale du bon écologiste serait plutôt : « Etre partout où la France ne se bat plus ».

Être contre la Guerre et pour la Paix, peut-on imaginer parti plus sage ? La Terre n’est-elle pas en paix, par nature ? La Guerre n’est-elle pas dommageable pour l’environnement, par contraste ? A quoi bon rappeler au citoyen français qu’il s’est battu bêtement contre son voisin ? Et si nous faisions l’Histoire sans nous battre, à présent ? Et si nous supprimions de notre chant patriotique ces fameux versets malheureux (« Qu’un sang impur abreuve nos sillons ») ? Ce serait bien, nous aurions une Marseillaise verte.

Avec ça, nous pourrions faire défiler nos enfants sur les Champs-Élysées, puisque c’est la proposition très joyeuse qui nous est soumise. Trêve de Famas, place aux biberons. Un beau défilé de poussettes, mamans comprises, voilà un signe d’avenir.

Nous ferions l’Histoire sans faire d’histoires et nous marcherions dans la nature avec le sentiment de respecter l’environnement. Écoutez les oiseaux, rien n’est plus reposant. Il suffit de s’asseoir et de fermer les yeux.

Lire la suite