La réalité que vivent bien des Français est plus déplaisante que les propos virulents de l’éditorialiste de Cnews


Les prises de position radicales et parfois essentialisantes d’Eric Zemmour suscitent l’adhésion enthousiaste d’une partie de la population et sa diabolisation par une autre partie. En ce sens, il est effectivement clivant, ce que je lui reprocherais personnellement, n’ayant pas la même approche. Mais Eric Zemmour est un polémiste. Il grossit le trait parfois parce qu’il est en guerre contre ceux qui pratiquent un déni de réalité. Il répète sans cesse qu’il n’éprouve pas de haine contre les personnes immigrées, légalement ou illégalement ou issues de l’immigration, mais qu’il combat un système qui crée une situation intenable pour tous et préjudiciable à son pays. Ce que dit Zemmour, Boualem Sansal le dit et aussi Kamel Daoud, Ayaan Hirsi Alli, Ahmad Mansour en Allemagne et tant d’autres lanceurs d’alerte venus de pays musulmans ou y vivant encore. Ceux-là ont connu de l’intérieur l’islam radical ou ses versions plus « soft », mais qui ne sont pas moins dangereuses pour nos sociétés.

A voir, Elisabeth Lévy sur Sud Radio: La chasse à la sorcière Zemmour est de nouveau ouverte!

Zemmour attaque de front avec outrance parfois parce qu’il sait que les mots peuvent être désormais détournés et vidés de nos contenus : laïcité, république, démocratie, populaire… comme au temps de l’union des républiques socialistes du national-socialisme et des démocraties populaires. Le totalitarisme vit du mensonge et meurt de la vérité, au contraire de la vraie démocratie qui vit de la vérité et meurt du mensonge.

Le succès grandissant de Zemmour malgré les procès pour incitation à la haine raciale ne vient pas de son racisme, car alors il faudrait qualifier de raciste une bonne moitié de la population française qui pense et parle comme Eric Zemmour mais de son aptitude à trouver les mots pour décrire la réalité que vivent beaucoup de Français aujourd’hui. Cette réalité n’est pas plaisante, j’en conviens. Les mots de Zemmour heurtent la sensibilité et l’humanisme de beaucoup de nos concitoyens, surtout d’ailleurs ceux qui sont protégés des aléas d’une mondialisation pas toujours tendre pour d’autres ; ils heurtent également le désir de paix et l’habitude de tolérance qui sont nés en Europe à la suite et en raison des horreurs de la Seconde guerre mondiale et de la persécution des juifs. Mais les temps changent et la brutalité oratoire de Zemmour et de ses compagnons de route en Europe mais aussi au Maghreb, en Iran, et ailleurs dans le monde musulman nous invite à réfléchir par nous-mêmes à l’évolution du monde vers des tentations totalitaires qui risquent d’exclure de nos vies la liberté de conscience, de parole et le débat véritablement démocratique.

Lire la suite