Le 25 octobre 2016, Hollande était crédité de 4 % d’opinions favorables, selon une enquête Ipsos pour le CEVIPOF et Le Monde. Jamais un chef d’État n’avait autant été discrédité. Et jamais un parti politique au pouvoir, son leader et la politique menée durant 5 ans n’avaient été à ce point rejetés. Hollande ne pouvait pas se représenter. Une première.

Échec de la lutte contre le chômage de masse, malgré les manipulations de chiffres. Échec de la relance de l’économie libérale, malgré l’affirmation indécente selon  laquelle le pays se porterait mieux. Échec de la politique scolaire, jamais les fondamentaux n’ayant autant manqué aux enfants. Échec de la politique de sécurité, malgré un État d’urgence où l’urgence n’implique pas l’interdiction de manifestations, au risque d’attentats dans la foule, et où l’on traverse sans souci des frontières abandonnées. La France, un État en guerre, attaqué, des citoyens et des policiers assassinés dans les rues par des tueurs se déplaçant librement. La France, un État dans lequel des groupuscules d’extrême gauche brûlent des policiers le 1er mai. État d’urgence ? Ces mêmes groupuscules — ou faut-il écrire « ligues » ? — dont le pouvoir politique n’imagine même pas la dissolution. Il a parfois suffit de moins pour des factions d’autres bords. Après tout, à l’instar de ces groupes, l’ennemi de Hollande c’était la finance. Hollande, son humour a toujours été remarqué. Garcimore sortant Macron de son chapeau. Un candidat officiel pour un régime aux abois.

Un parfum de Second empire

Les élections ? Une mitraillette de tartufferies. Du simulacre à répétition. Fort de sa popularité et de ses réussites, Hollande engage tranquillement sa Conquête de Plassans. Comme chez Zola, il dépêche un émissaire sur le terrain. De quoi s’agit-il ? De conserver un pouvoir devenu illégitime. Un nouveau président de la République élu comme « candidat officiel du pouvoir ». Souvenirs du Second empire. En marche pour continuer les politiques économiquement libérales et culturellement libertaires à l’œuvre depuis plus de 30 ans. Belle tartufferie que celle-ci : se mettre en marche dans les pas de Hollande et prétendre incarner la « nouveauté », la « modernité » en politique.

Rien de surprenant sous le soleil, ni dans le personnel politique recyclé ni dans la politique annoncée, qui sera bien plus gestionnaire d’options venues d’ailleurs que « révolutionnaire », n’en déplaise à un titre de livre. Gestion ? Tendance DRH en phase de « licenciement soft ». Tout dans la gestuelle de Macron s’inscrit dans ce monde des communicants et des DRH, le lecteur verra Corporate et comprendra. En marche vers les larmes. Tartufferie ? Au 1er tour, le candidat Macron a obtenu 8 656 346 voix, soit 24 % des votants. 18,19 % des inscrits. Un peu plus de 8 millions de voix sur les 33 millions de votes exprimés. 8 millions sur les 47 millions d’inscrits. Lors de sa campagne de 2e tour, notre nouveau président a répété que son projet était légitime car « porté en tête par les français ». Pour adresser une fin de non-recevoir aux demandes des Insoumis. 8 millions d’électeurs, ce n’est pas la France. Tartufferie ? Un scénario électoral trop beau pour être vrai.

Pire qu’un complot, une supercherie!

Pas besoin d’évoquer un « cabinet noir » ou des thèses complotistes pour remarquer que beaucoup, dans cette élection, s’est déroulé dans le meilleur des mondes macronien possible. En la personne de Marine Le Pen, le « danger » nécessaire et voulu pour être élu au 2e tour était au rendez-vous. Et ce « danger » a été massivement monté en épingle par des médias menant aussi campagne En Marche. À de rares exceptions près. Les règles de la déontologie médiatique ont été bafouées entre les deux tours, où nous avons assisté à un remake de la lutte entre les forces de la lumière et des ténèbres. Dans le rôle-titre des ténèbres, la candidate Le Pen ramenée à sa responsabilité présumée dans les drames de la 2e Guerre Mondiale. Macron s’est rendu sur des lieux de mémoire, histoire de nous dire combien un parti politique républicain puisque autorisé est… en fait un parti antirépublicain démoniaque. Que l’on pense au ridicule d’un David Pujadas tentant de transformer Marine Le Pen en héritière de l’antisémitisme français. Vieille supercherie à laquelle plus personne ne croit, pas même ceux qui l’utilisent. Un Tartufisme, cette « sottise prétentieuse de notre époque » ou « pureté dégoûtante », à lire Cocteau.

La (bonne) surprise Mélenchon

Une petite surprise tout de même : Mélenchon. L’homme a de l’honneur. Il respecte ses idées et ses électeurs. Ses engagements. En laissant libres les Insoumis. Comme prévu. Que n’entend-il pas ! Le voici transformé en soutien du FN. À ce point de ridicule, il n’y a plus de dupes. Tartufferie de nombre de médias, acquis aux thèses politiques dominantes et aux divers pouvoirs qui appliquent ces thèses depuis le tournant libéral de Mitterrand, à droite comme à gauche. Tartufferie dès l’offensive anti-Fillon. Présumé innocent en théorie, l’homme a été abattu en vol. Il ne cadrait pas dans le scénario. Coupable ou pas ? Pour l’heure, personne ne le sait. Promis pour être élu mais éliminé. Sauf mauvaise foi, personne ne peut décemment soutenir que la machinerie mise en œuvre contre Fillon avait la morale pour finalité… L’avenir dira ce qu’il en a été. Et nous ne sommes peut-être pas au bout de nos surprises. Que se passera-t-il si Fillon est innocenté et s’il parvient à démontrer la culpabilité de certains médias dans la propagation de fausses accusations ayant influées sur cette élection ? Les médias contre Fillon, c’était du très grand Tartuffe. À côté, la libération d’un otage le jour du vote ou un macronleaks, c’est peanuts. Il faut aussi un peu de chance pour gagner.

Le vrai front républicain a perdu

Tartuffe au Pays des Français, cela vaut bien Tintin au pays des Soviets. Une campagne électorale indigne. Le sentiment d’un scénario écrit par avance. D’un président élu par une minorité agissante, un relent de copinages à tous les étages. Macron, légitimité zéro malgré le score obtenu dimanche 7 mai, un score qui n’a aucune signification réelle. Un pays dans un état déplorable, pour lequel les mêmes hommes, devenus officiellement interchangeables, se préparent à mettre en œuvre les mesures qui auraient été prises aussi bien par Hollande, Fillon, Macron, Sarkozy, DSK, Juppé, Valls, Baroin, Bayrou ou Royal. Et à oublier toutes les promesses de campagne, ce qui sera aisé tant tout et n’importe quoi a été promis. Une sordide impression de sectarisme quand ces personnalités politiques affirment qu’il n’est qu’un chemin possible. Un seul chemin ? Alors, pourquoi des élections ? Et pourquoi un peuple ? Le voici revenu en 2005, ce peuple, même s’il ne le sait pas encore.

18% du corps électoral

Ce 8 mai 2017, le peuple de France se réveille victime d’un hold-up au forceps, à nouveau berné par des élites mondialisées minoritaires ayant fait le job comme disent les américains : faire en sorte que le vote voulu soit le vote obtenu. Le président représente 18 % du corps électoral. Et la démocratie ? Le pouvoir aux sans-dents, ça ne va pas la tête ? Bienvenue en post-République française. Allez Dany, dis-le un peu pour voir : « élections, piège à cons ? ». Dis-moi, Dany, il est comment le bon côté du manche ?

Partager
Matthieu Baumier
est essayiste et romancier.Matthieu Baumier est l'auteur d’essais (L’anti traité d’athéologie, Presses de la Renaissance, 2005 ; La démocratie totalitaire. Penser la modernité post-démocratique, Presses de la Renaissance, 2007 ; Vincent de Paul, Pygmalion-Flammarion, 2008) et de romans (Les apôtres du néant, Flammarion, 2002 ; Le Manuscrit Louise ...