Home Société Education: la grande peur d’un député socialiste


Education: la grande peur d’un député socialiste

Education: la grande peur d’un député socialiste
Patrick Bloche quitte le plateau de CNews
Patrick Bloche quitte le plateau de CNews.

Hier matin, sur C News, j’en ai croisé un beau. Un très beau. Un qui tournera longtemps, longtemps, longtemps, après qu’on les aura tous mis sur orbite.

Il s’appelle Patrick Bloche. Il est député de Paris (il n’a d’ailleurs rien fait d’autre dans sa vie, apparemment, que de la politique), et président de la Commission des Affaires culturelles et de l’Education à l’Assemblée. Il est arrivé en retard sur le plateau, de façon à ne pas avoir à saluer quiconque, et il a commencé à aboyer. « Je suis allé dans des collèges, ce n’est pas du tout ce que vous dites », m’a-t-il lancé. Ah oui ? Dans le XIème arrondissement, dont il est l’élu ?


L’Heure des Pros du 22/03/2017 par CNEWS

Il soutient Benoît Hamon, dont la courbe vient de croiser celle de Jean-Luc Mélenchon et ne remontera pas de si tôt. Et il pense que les réformes de Najat Vallaud-Belkacem sont une chance pour les petits Français. Les déshérités surtout, qui le seront chaque jour davantage.

Il pense aussi (je m’en veux quand même à galvauder ainsi le verbe penser) que si 40% des élèves entrant en Sixième ne savent pas orthographier correctement « le soir tombait », c’est la faute au gouvernement précédent. 2007-2012, le quinquennat maudit.

En revanche, depuis 2012…

Enfin Hollande vint.

Et Najat est son prophète.

Pascal Praud, qui animait l’émission et qui avait déjà eu l’occasion de dire tout le bien qu’il pense du « prédicat », n’en est pas revenu. Voilà que ce mister Bloche tempêtait et hurlait, l’accusant d’être partisan parce qu’il énonçait des vérités d’évidence sur les réformes en cours et l’état orthographique des collégiens — des constats que n’importe quel journaliste de terrain peut faire chaque jour. Mais évidemment, il y aussi le journalisme façon le Monde ou Libé.

En fait, toute vérité non conforme à la doxa gouvernementale, toute tissée de mensonges, est réputée mensongère. Orwell a très bien expliqué que sous le règne de Big Brother, l’Ignorance, c’est la force. Et que 2 + 2 = 5. La démocrature, c’est quand le déni de réalité devient une façon de gouverner.

Ainsi, COD et COI sont…

Lisez la suite de l’article sur le blog de Jean-Paul Brighelli.

La fabrique du crétin: La mort programmée de l'école

Price: 4,48 €

16 used & new available from


Tableau noir

Price: 12,03 €

22 used & new available from 1,34 €


Voltaire ou le jihad

Price: 8,98 €

9 used & new available from


1984

Price: 8,49 €

22 used & new available from 0,50 €


Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Previous article Royaume-Uni: So British, la charia?
Next article GPA: «Le désir d’enfant ne légitime pas un prétendu droit à l’enfant »
Normalien et agrégé de lettres, Jean-Paul Brighelli a parcouru l'essentiel du paysage éducatif français, du collège à l'université. Il anime le blog "Bonnet d'âne" hébergé par Causeur.

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération