Plus que le critique, le comédien, le musicien et le danseur, c’est l’ouvreuse qui passe sa vie dans les salles de spectacle. Laissons donc sa petite lampe éclairer notre lanterne !


Condition n° 1 pour diriger une ville verte : avoir lu Cyrulnik. Résilience, tout est résilience. Le dico dit : « Qualité de quelqu’un qui ne se décourage pas, ne se laisse pas abattre. » Et ne pas se laisser abattre, les Verts ont ça dans le tronc.

À Lyon, le nouveau maire a nommé un ingénieur antiréchauffement « adjoint à la politique de résilience et rapport développement durable ». À Strasbourg, la deuxième adjointe « sera en charge de la ville résiliente ». Bordeaux s’est trouvé un « adjoint en charge de l’urbanisme résilient ». Tous ces fins psychologues le jurent en chœur : on va vous le guérir, votre monde traumatisé par la bagnole et l’espèce humaine. Détachez vos ceintures, ça va résilier.

L’écolo nouveau évidemment ne s’arrête pas là. Il s’indigne du malbâti, s’inquiète de la « santé environnementale », verdit les gares, dessine des pistes (re)cyclables. Prône l’humour municipal : à Strasbourg un adjoint « en charge de l’accueil des populations, et des services funéraires » ; à Marseille un adjoint à l’« emploi et tourisme durable ». Et, comme tout le monde, se pique de culture.

Vous savez l’histoire. Au temps jadis, le Parti socialiste n’ayant aucune « politique culturelle » particulière (hors les pyr

Article réservé aux abonnés

60 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Septembre 2020 – Causeur #82

Article extrait du Magazine Causeur

Lire la suite