Le journal de l’ouvreuse


Un petit tour à Londres où le virus n’a rien pu contre les indestructibles « Concerts Promenade » (because le public peut rester debout) aussi appelés « Proms ». Festival produit par la BBC, qui dure deux mois et culmine chaque mi-septembre dans une orgie de tubes patriotiques, folkloriques ou classiques avec stars, foule et Union Jack en délire : « The last night of the Proms ».

Les "Proms" au Royal Albert Hall à Londres © CARL COURT / AFP
Les « Proms » au Royal Albert Hall à Londres © CARL COURT / AFP

Traditionnellement au programme de la dernière night : l’hymne officieux des Grands-Bretons, Rule, Britannia. Plusieurs fois menacé pour bellicisme, Rule, Britannia a encore perdu des points depuis le Brexit. Mais il tenait bon, et tous les étés finissaient au Royal Albert Hall sur l’air de « Règne, Britannia, règne sur les flots ». Quand mi-juillet trois indignés lancent une pétition. « Les paroles écrites en 1740 l’ont été pour un public différent du nôtre. De la même manière que nous réformons les statues et les monuments, nous devons réformer notre musique. Cet air est offensant. Nous vivons dans un monde multiculturel où les Vies Noires Importent, et ce message doit être aussi entendu en musique. » Black Lives Matter : merci aux gentils organisateurs d’interdire le méchant chant.

À lire aussi, François-Xavier Ajavon : La politique du socle vide

Everybody s’en cogne et une semaine plus tard la pétition n’a pas recueilli 200 signatures.

Article réservé aux abonnés

60 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Octobre 2020 – Causeur #83

Article extrait du Magazine Causeur

Lire la suite