Home Édition Abonné La politique du socle vide


La politique du socle vide

À intervalles réguliers, on embête les statues

La politique du socle vide
Statue de Napoléon. © D.R.

Les statues n’échappent pas au nouveau maccarthysme progressiste. Au nom de l’antiracisme et du progrès on déboulonne, à Rouen un maire socialiste veut remplacer Napoléon par Gisèle Halimi…


À intervalles réguliers, on embête les statues. Sans doute parce que, malgré leur majesté, elles sont immuables et ne peuvent pas se défendre. D’abord, on n’arrête pas de les déplacer. Le Penseur de Rodin se trouvait initialement place du Panthéon, à Paris. Il faut maintenant payer un ticket pour le voir dans un musée. Pense-t-il désormais plus sereinement depuis qu’il est à l’abri des éléments ? Ce n’est pas sûr.

À lire aussi, Peggy Sastre : Contre les Lyssenko du politiquement correct

Et puis évidemment, on déboulonne, aujourd’hui comme hier. La mode 2020 nous est venue des États-Unis, où des activistes ont pensé que le quotidien des Noirs serait plus agréable si on abattait quelques symboles. En France – au nom d’un antiracisme carnavalesque –, on a maculé Colbert de peinture (ce qui n’a pas dû manquer de le distraire) et on a détruit en Martinique la statue de Joséphine de Beauharnais – qui avait déjà été décapitée il y a trente ans. L’époux de la femme sans tête est aussi dans le collimateur des redresseurs de torts historiques.

Gisèle Halimi pour remplacer Napoléon ?

À Rouen, le nouveau maire socialiste, Nicolas Mayer-Rossignol, a lancé un grand débat autour de la statue équestre de Napoléon érigée devant l’hôtel de ville en 1865. Trop phallique, cette représentation de l’empereur en chef de guerre ? L’édile envisage de l’évincer et de le remplacer par une figure féminine. Naturellement, le processus sera participatif et se fera par le biais d’un débat citoyen ! Le casting s’est porté sur Gisèle Halimi, figure emblématique de la lutte pour les droits des femmes, que certains veulent envoyer au Panthéon et d’autres en orbite autour de la Lune. L’inventeur du Code civil sera déplacé, peut-être vendu au poids, et on lui substituera sur le même socle une nouvelle idole – qu’il sera chaudement recommandé de venir révérer religieusement. Si le maire est consistant, le nouveau monument devrait ressembler au précédent… Je me demande tout de même si le monde est prêt pour une statue de Gisèle Halimi à cheval ?

Octobre 2020 – Causeur #83

Article extrait du Magazine Causeur


Previous article Après Conflans-Sainte-Honorine, la menace de l’escalade
Next article Des journalistes de Télérama passent au crible CNews, la «Fox News française», selon eux

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération