Home Brèves Chronique bête 3, la revanche

Chronique bête 3, la revanche

Amis du marketing et des animaux, bonjour… On a appris dans la newsletter « 13 heures de la com » de Strategies.fr la création d’un « club des annonceurs à mascottes », le tout à l’initiative de Butagaz et de son ourson bleu. Le but étant de « débattre des bonnes pratiques » publicitaires en la matière. On dira ce qu’on voudra, mais les préoccupations humaines dans les pays riches sont parfois fascinantes…

Tandis qu’en Russie on a donné des daims en pâture aux derniers tigres de l’Amour, en France un député a cru bon d’imiter le caquètement d’une poule durant le discours d’une de ses collègues. Poulophobie ! Mais le plus marquant dans l’actualité animale de ces dernières semaines est le sort réservé au Marsupilami – mammifère de bande-dessiné originaire de la Palombie, et doté d’une queue extraordinaire… On pensait l’univers de Franquin (qui est aussi le papa de Gaston Lagaffe) préservé des récupérations mercantiles, on avait tort… On apprend qu’un parc d’attraction est en projet autour de Spirou et du Marsupilami… “À ce stade, nous avons trouvé un terrain pour nous implanter et nous sommes en train de prospecter des capitaux sur la base d’un business plan finalisé“, a expliqué le directeur général des Editions Dupuis à Capital Finance. Quoi de plus triste qu’un parc d’attraction ? Il est de notoriété publique que Mickey est devenu dépressif et a commencé à boire après l’ouverture de Disneyland…

Et pour finir voilà ce que Pline l’Ancien disait des porcs-épics : “L’Inde et l’Afrique produisent des porcs-épics couverts d’épines, et du genre des hérissons. Mais le porc-épic a des aiguillons plus longs, et susceptibles d’être lancés quand il donne de la tension à sa peau. Il perce la gueule des chiens qui le pressent, et il les atteint même à quelque distance ; il se cache pendant les mois d’hiver, habitude qui est commune à beaucoup d’animaux, et particulièrement aux ours.” Ça a le mérite d’être clair.


Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Previous article Blue Jasmine, le portrait d’une SDF comme une autre
Next article Et s’il ne reste qu’un homo sovieticus ?

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération