La crise du coronavirus, épidémie partie de Chine, a réveillé là-bas à l’égard de la diaspora africaine les mêmes sentiments dénoncés peu avant en Europe à l’égard des asiatiques. A savoir une stigmatisation, sauf que cette fois, on est passé des paroles aux actes. 


En Chine, la censure des réseaux sociaux est censée garantir la concorde nationale. Lorsque les intérêts du Parti communiste sont en jeu, on ne plaisante pas avec les publications virtuelles. Les méchantes rumeurs visant les minorités de l’empire du Milieu se diffusent en revanche à grande allure. Début avril, un bruit diffusé sur les réseaux a rapidement enflammé Guangzhou (Canton) : les Africains seraient touchés par le Covid ! Bien qu’un millier de kilomètres la séparent de Wuhan, cette ville de 15 millions d’habitants a subi soixante-seize jours de confinement, de janvier à fin mars. Quelques jours après son déconfinement, la tension est montée d’un cran à l’annonce de nouveaux cas d’infection, notamment chez les expatrié

Article réservé aux abonnés

60 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Mai 2020 – Causeur #79

Article extrait du Magazine Causeur

Lire la suite