Il y des signes qui ne trompent pas : c’est la crise. Les usines ferment, le nombre des sans-abri ne cesse d’augmenter, les politiciens s’agitent dans la confusion, Pôle emploi connaît des pics de fréquentation et les banquiers à chapeau melon et cigare se jettent du haut de leurs buildings. Mais des signes de ce désarroi apparaissent aussi çà et là dans les faits divers.

Ainsi, on apprenait il y a quelques semaines que le patron d’une supérette lilloise de l’enseigne Match a pris l’initiative de protéger sa viande avec des antivols apposés habituellement sur de l’habillement… L’AFP, qui s’est saisie de l’information suite à un article du quotidien 20 Minutes précise : « le procédé concerne des emballages d’entrecôtes, de faux-filet ou encore de steaks hachés d’une marque de produits vendus sous vide. »

Interrogé par l’agence, Jean-Louis Callens, secrétaire général en charge de l’aide alimentaire du Secours Populaire ne s’étonne pas de cette initiative… Il  s’est rappelé avoir sondé les plus démunis il y a deux ans, lorsque le programme d’aide de l’Union européenne était menacé. « Certains ont dit: si on n’a plus d’aide alimentaire on ira voler dans les magasins».

Dans le Nord-Pas-de-Calais, l’affluence aux distributions de nourriture du Secours Populaire sont en hausse de 13% en 2012. La prochaine étape sera t-elle l’exposition de la viande dans des chambres fortes ? Verra t-on bientôt des bouchers user de leurs couteaux effrayants contre leurs clients chapardeurs ?

 

Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
François-Xavier Ajavon
est chroniqueur et professionnel de la presse.Il est également l’auteur de L’eugénisme de Platon (L’Harmattan, 2002) et a participé à l’écriture du "Dictionnaire Molière" (à paraître - collection Bouquin) ainsi qu’à un ouvrage collectif consacré à Philippe Muray  (à paraître -éditions du Cerf).