Home Monde Chili: une nouvelle Constitution pour éviter la révolution!


Chili: une nouvelle Constitution pour éviter la révolution!

En partenariat avec la revue "Conflits"

Chili: une nouvelle Constitution pour éviter la révolution!
Le Président du Chili, Sebastian Pinera pendant une conférence de presse, Santiago, Chili, 27 avril 2021 © Esteban Felix/AP/SIPA Numéro de reportage : AP22562405_000004

Le Chili est entré dans un long processus électoral pour réviser la constitution de 1980. Cette réforme cherche à mettre un terme à la crise politique effective depuis 2019. Le gouvernement veut sortir de la crise par le droit afin d’éviter des dérapages révolutionnaires qui nuiraient à la puissance économique du pays. 


Les 155 personnes élues ce week-end par les Chiliens feront partie d’une « convention constituante » (c’est le terme précis employé, « convención constituyente » en castillan) pour rédiger une nouvelle constitution qui remplacera celle de 1980, adoptée sous le régime d’Augusto Pinochet (1973-1990). Il ne s’agit donc pas d’une réécriture mais de l’élaboration d’un nouveau texte. Cette convention est formée d’un nombre égal d’hommes et de femmes et prévoit des places réservées pour les peuples autochtones.    

À lire aussi : Qu’y a-t-il de si difficile à quitter l’Afghanistan?

Pour comprendre le vote de ce week-end, il faut rappeler que depuis octobre 2019 le Chili est témoin d’une grave crise sociale et politique. Afin de « canaliser » la contestation populaire, la classe politique a convoqué un référendum dans le but de savoir si la population voulait une nouvelle constitution. Ce référendum a eu lieu le 25 octobre 2020 et le résultat a été à 80 % en faveur d’une nouvelle constitution rédigée par un organe spécialement mandaté pour cela : la convention constituante. 

La poursuite du processus légal 

Le week-end du 15 et 16 mai 2021 a été la date finalement retenue pour les élections des membres de cette convention. L’élection s’est déroulée dans le calme sur deux jours en raison de la crise sanitaire. Le calendrier a été modifié à plusieurs reprises à cause de la pandémie. Ce sont surtout des candidats indépendants et de gauche (non affiliés à des partis traditionnels de la gauche qui a gouverné pendant vingt ans au Chili) qui ont été élus. Les partis traditionnels, de droite comme de gauche, sont les grands perdants de ce processus. 

À lire aussi : “Le Chili est une démocratie solide”

Le taux de participation a été bas : 41 %. Il aurait été préférable d’avoir un taux supérieur à 50 % pour donner plus de légitimité à un processus d’une si grande importance. 

La convention constituante siégera à partir de juillet 2021. Le pays lui a confié la mission d’adopter une nouvelle constitution dans un délai de neuf mois (prorogeable de trois mois si besoin). La nouvelle constitution doit être adoptée par…

>>> Lire la fin de l’article sur le site de Conflits <<<


Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Previous article Méfions nous toujours des utopistes coercitifs
Next article Prends les bitcoins et tire-toi
Bernard Garcia Larrain, juriste franco-chilien, doctorant en droit.

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération