La petite planète du cinéma français ne bruisse plus que de ça : le scénario Putain de lune d’une certaine Lou Bohringer a été sélectionné par Canal + pour être adapté en téléfilm avec dans les rôles titres Romane et Richard Bohringer. À l’issue d’un concours opportunément appelé « Le jeu des 7 familles » qui assume pleinement la consanguinité des acteurs français – puisqu’il doit proposer des histoires originales à Antoine et Emma De Caunes, Alexandre et Simon Astier, Ana et Hippolyte Girardot et aux soeurs Hesme (Clotilde, Annelise et Elodie)- , Richard et Romane Bohringer ont donc jeté leur dévolu sur le film de leur fille et soeur Lou, préalablement choisi par la chaîne cryptée.

Depuis, l’affaire fait jaser, bien que les Bohringer se défendent de tout favoritisme : né-po-tisme, entend-on comme au bon vieux temps où Jean Sarkozy fut nommé à l’Epad… Pour un peu, on croirait que les tribus d’acteurs imitent les magnats de l’industrie que sont les Arnault, Lagardère et autres Bolloré aux yachts honnis. On voudrait jeter l’opprobre sur toute une profession que l’on ne si prendrait pas autrement. Et si tout cela était un complot ourdi par on ne sait quelle officine populiste ? Non, n’empruntons pas cette pente-là. Il faut raison garder.

Sans juger a priori de la qualité du film de Lou, ni du niveau de solidarité familiale, ayons bien à l’esprit un fait occulté : Richard Bohringer est citoyen sénégalais depuis sa naturalisation il y a quelques années. Bon sang mais c’est bien sûr : encore un africain vivant en France traîné dans la boue ! Lorsqu’on ne les accuse pas de polygamie ou de cuisine malodorante, voilà l’esprit de smala qu’on incrimine. J’attends avec impatience le communiqué indigné du CRAN dénonçant la stigmatisation du sénégalais Bohringer. C’est curieux, on nous signale que Patrick Lozès ne s’est toujours pas exprimé sur ce cas flagrant de discrimination. Tiens, mais pourquoi ?

Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Daoud Boughezala
est directeur adjoint de la rédaction et rédacteur en chef de Causeur.
Lire la suite