Richard Ferrand, le secretaire général de La République En Marche lors de la présentation des candidats du parti aux élections législatives, 11 mai 2017. SIPA. AP22051785_000002

À la faveur d’une vidéo découverte sur Facebook, qui affirmait que Richard Ferrand, secrétaire général d’En Marche !, soutenait activement l’association France Palestine Solidarité (AFPS), par l’intermédiaire de son groupe local Centre-Bretagne Solidarité, je me suis précipité sur le blog de ce probable futur ministre pour y lire ses explications.

En effet, j’étais un peu surpris que l’un des piliers du mouvement d’Emmanuel Macron (ministrable et peut-être ministre à l’heure où vous lisez ces lignes) soit favorable à une association qui soutient et pratique le BDS, activité de boycott d’Israël déclarée illégale en France et condamnée par notre nouveau président. Une association qui, par ailleurs, réclame le retrait du Hamas de la liste des organisations terroristes car, dit-elle, « le Hamas suscite bien des frayeurs et fantasmes, fondés souvent sur une méconnaissance du mouvement… »

Un soutien récurrent

Pour en avoir le cœur net, direction le blog de M. Ferrand qui nous explique : « De quoi s’agit-il en réalité ? J’ai accordé 2 000 € de “ma” réserve parlementaire pour soutenir un projet d’équipement mobilier d’une classe de jeunes filles dans le camp d’El Aroub en Palestine. » Un peu plus bas, et en gras il insiste : « J’ai toujours veillé à privilégier les projets relatifs aux écoles, à l’éducation ou à la jeunesse, lorsqu’il s’en présentait, dans l’attribution de ma réserve parlementaire. »

L’accès à l’éducation, quoi de plus noble ? Seul hic, si on cherche sur le site de l’AFPS, qui a  financé cette fameuse école, on se rend compte que Richard Ferrand n’est pas cité. Confirmation sur le site de l’Assemblée nationale, où les députés sont tenus de préciser l’utilisation de leur réserve parlementaire : M. Ferrand a effectivement attribué 2 000 € de sa réserve parlementaire à l’AFPS en 2016 mais… au motif de frais de fonctionnement.

Soit en clair, une aide à l’association et pas des petits bureaux d’écoliers avec encriers. Et ce n’est pas une erreur car quelques lignes plus loin, on trouve bien des aides très concrètes attribuées sur sa réserve comme la « création d’un local commercial en centre-bourg » ou la « création d’un skate-park »

Pas la ligne d’Emmanuel Macron

Entendons nous bien. Tout ceci est parfaitement légal. Monsieur Ferrand est libre de penser ce qu’il veut et d’agir en conséquence. C’est seulement la contradiction avec la position de notre président de la République qui est troublante.

Encouragé par cette transparence numérique et républicaine, je me permets de remonter dans le temps sur le site de l’Assemblée et constate qu’en 2013 déjà, monsieur Ferrand donnait 3000€ d

Article réservé aux abonnés

60 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Mai 2017 - #46

Article extrait du Magazine Causeur

Lire la suite