Home Édition Abonné Avril 2021 Au Japon, les esseulés ne sont pas seuls


Au Japon, les esseulés ne sont pas seuls

Épidémie de suicides au Japon

Au Japon, les esseulés ne sont pas seuls
© CARL COURT/Getty Images via AFP

La démographie nippone à l’épreuve: le sentiment d’isolement dû au coronavirus augmente tragiquement le nombre de suicides au Japon. 


Le coronavirus ne frappe pas que ceux qu’il contamine.

En particulier au Japon, où les suicides ont flambé lors de la deuxième vague. En octobre 2020, 2 153 Japonais renonçaient à vivre, un chiffre très supérieur aux 194 morts du Covid ce mois-là et même à l’ensemble des décès Covid de janvier à octobre 2020 (1 753 morts). Certes, depuis son apparition, le virus a nettement moins tué au Japon qu’en France. Pour une population double de la nôtre, le pays déplore 8 800 morts contre 92 000 en France. Mais ce qui inquiète les Japonais, c’est l’effet de l’épidémie sur le moral nippon. Les suicides par désespoir ont augmenté de 16 % entre juillet et octobre 2020 par rapport à la même période en 2019. Chose inédite, ils frappent particulièrement les femmes (notamment les mères célibataires), les adolescents et les enfants. Les études attribuant ces suicides au sentiment d’isolement, le Premier ministre a nommé un ministre de la Solitude, Tetsushi Sakamoto, chargé jusque-là de la dénatalité et du redressement économique. Il a divulgué ses premières mesures mi-mars : subventions aux associations d’aide psychologique, prestations sociales, aides au logement pour les femmes seules, soutien aux « cafétérias pour enfants », ces restaurants qui servent aux mineurs des repas gratuits.

A lire aussi, Roland Jaccard: Pauvre Houellebecq!

Cette hausse tragique des suicides vient encore obscurcir le tableau démographique du Japon dont la population (126,4 millions) fond depuis dix ans. Les projections prévoient une amplification du dépeuplement, due à un faible taux de fécondité (1,36) qui va de pair avec un taux de célibat en hausse constante. L’État japonais a débloqué 16 millions d’euros destinés aux préfectures qui s’engagent à améliorer la performance de leurs services matrimoniaux grâce à l’intelligence artificielle. Où l’on apprend qu’au Japon, à l’ère des sites de rencontre, subsistent d’authentiques agences matrimoniales. L’art de marier tradition et modernité…

 

Avril 2021 – Causeur #89

Article extrait du Magazine Causeur


Previous article Saint-Chéron: leur jeunesse et la nôtre
Next article Les transports en commun ne seront jamais gratuits!
est journaliste

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération