Le billet du vaurien


Comment ne pas être séduit par la rêverie macabre de Huysmans qui suggère dans En Rade de conserver l’être décédé dans une fiole dont on ne perdrait ainsi jamais le parfum? Pour la première fois, le cher disparu sentirait bon. Peut-être même en viendrait-on à le regretter.

Huysmans encore. Comme Baudelaire, il célèbre «  la froide majesté de la femme stérile », admirable d’être indemne du cycle de la reproduction. Louise Brooks était fière qu’on l’appelle «  Brooksie la stérile ».

Sont-ils nombreux à penser qu’il vaut mieux éviter a priori la vie pour n’avoir pas à préférer la mort a posteriori? Les enfants que nous n’avons pas eus ne sauront jamais le bonheur qu’ils nous doivent.

A lire aussi, du même auteur: Quand Louise Brooks rencontre Pabst à la gare de Berlin

Les hommes se paient le corps des femmes et ces dernières se paient la tête des hommes. C’est ce que j’appelle un échange de bons procédés.

Se marier, c’est choisir la personne que l’on haïra après trois ans. Cette règle souffre des exception

Article réservé aux abonnés

60 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Lire la suite