Home Édition Abonné Alfredo Olmedo, un Bolsonaro argentin


Alfredo Olmedo, un Bolsonaro argentin

L'Argentine ressemble de plus en plus à son voisin brésilien

Alfredo Olmedo, un Bolsonaro argentin
Alfredo Olmedo ©Santiago Trusso

Après le Brésil, la vague populiste submergera-t-elle l’Argentine ? La situation du pays ressemble de plus en plus à celle de son voisin et un Bolsonaro argentin pourrait y faire son nid. Pour l’incarner, un candidat coche toutes les cases: Alfredo Olmedo.


Le nationaliste Jair Bolsonaro à peine installé aux manettes du Brésil, la presse de Buenos Aires se demande déjà à quoi pourrait bien ressembler la déclinaison argentine du « Trump tropical ». Par un heureux hasard, un candidat coche toutes les cases : Alfredo Olmedo, 52 ans, député trublion d’une formation mineure de la coalition de centre droit du président Mauricio Macri. Comme Bolsonaro, Olmedo est fan de Donald Trump. Comme Bolsonaro, Olmedo est chrétien évangélique. Comme Bolsonaro, Olmedo regrette la dictature militaire, passe pour xénophobe et homophobe. Pour corriger son image, il avait jadis proposé d’instaurer des quotas de fonctionnaires LGBT, s’illustrant par cette fameuse saillie : « J’ai la queue fermée, mais l’esprit ouvert ! » Ce genre d’envolées lyriques a parfait sa réputation. Cerise sur le gâteau, Olmedo a été accusé de battre sa femme et de réduire en esclavage les travailleurs de ses plantations d’olives.

L’Argentine, un nouveau Brésil ?

Mais Alfredo Olmedo n’en a cure. Ayant ferraillé tout l’été contre le projet de légalisation de l’avortement que le Sénat a finalement rejeté, il peut compter sur une conjoncture favorable. Comme au Brésil, les protestants évangéliques gagnent chaque jour du terrain. Comme au Brésil, l’ancienne présidente péroniste Cristina Kirchner est mise en cause dans une affaire de corruption. À mesure que le prix des matières premières chute, Buenos Aires replonge dans la crise économique : depuis le début de l’année, le peso a perdu plus de la moitié de sa valeur par rapport au dollar. Au point que le FMI injecte des dizaines de milliards d’aides, faisant craindre le retour des mesures d’austérité imposées lors de la crise de 2001.

A une différence près…

Il n’est cependant pas dit que la pampa soit un terreau fertile pour l’extrême droite. Peuplée quasi intégralement de descendants d’Européens, l’Argentine ne connaît pas la fracture ethnique qui divise le Brésil entre un Sud blanc et un Nord-Est coloré. La contrée de Borges n’est pas davantage gangrenée par les narcotrafiquants, responsables d’une partie des 60 000 homicides annuels au Brésil. Jusqu’aux élections générales d’octobre 2019, « Tango Bolsonaro » a un peu moins d’un an pour savoir sur quel pied danser.

Novembre 2018 - Causeur #62

Article extrait du Magazine Causeur


Previous article Pénis: finalement si, c’est la taille qui compte
Next article Les “gilets jaunes”, les CRS et moi: mon samedi sur les Champs-Elysées

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération