L’Afrique du Sud n’en a pas fini avec son passé ségrégationniste. Un fait divers récent a enflammé la toile: une photo diffusée sur WhatsApp montre les élèves noirs d’une école séparés des blancs…


Terre de safaris prisée des touristes occidentaux, l’Afrique du Sud n’est pas un pays de cocagne. Vingt-sept ans après la fin officielle de la ségrégation, un fermier blanc est tué chaque semaine et les tensions interraciales persistent.

South African history X

En témoignent plusieurs faits divers récents. Début janvier, au cœur de l’ancienne colonie britannique du Transvaal, la ville rurale de Schweizer-Reneke a été le théâtre d’un scandale numérique. La diffusion sur WhatsApp d’une photo prise dans une école primaire a provoqué un psychodrame : on y voit une quinzaine d’enfants blancs assis autour d’une table tandis que les quatre Noirs de la classe se contentent d’un petit bureau.

A lire aussi: Pour Rokhaya Diallo, le racisme anti-Blancs n’est pas du racisme

Dans une ville à 95 % blanche, héritière de la culture boer, cette réminiscence de l’apartheid est lourde de symboles. Résultat : la toile s’est enflammée

Article réservé aux abonnés

60 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Février 2019 - Causeur #65

Article extrait du Magazine Causeur

Lire la suite