Le film n’y va pas de main morte dans la tentative de culpabilisation !


L’esprit de repentance a de nouveau frappé.

Cette fois-ci sous la forme d’un film du cinéaste français Bertrand Bonello, présenté lors du dernier Festival de Cannes.

Convoquant dans un même mouvement Haïti, le culte vaudou, l’éducation de lycéennes, une société secrète et l’inévitable Patrick Boucheron, ce film n’y va pas de main morte dans la tentative de culpabilisation. Et pour parachever l’

Article réservé aux abonnés

60 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Juin 2019 - Causeur #69

Article extrait du Magazine Causeur

Lire la suite