Home Culture “Venise n’est pas en Italie”, une comédie poussive et pas drôle


“Venise n’est pas en Italie”, une comédie poussive et pas drôle

Benoît Poelvoorde mérite mieux

“Venise n’est pas en Italie”, une comédie poussive et pas drôle
Valérie Bonneton et Benoît Poelvoorde dans "Venise n’est pas en Italie", de Calbérac (2019). Photo : StudioCanal

Venise n’est pas en Italie, qui sort en salles aujourd’hui, noie le spectateur dans une comédie indigne de Benoît Poelvoorde. Vivement le réalisateur qui saura lui servir les films qu’il mérite…


« Venise n’est pas en Italie, Venise c’est chez n’importe qui, c’est n’importe où et foutez-vous des gondoliers… »

Cela, c’est ce que chantait Reggiani. Repris par Ivan Calbérac (sans jamais qu’on l’entende dans le film), ce titre sert de prétexte à une comédie poussive et pas drôle. Avec juste un alibi moralisateur sur l’infinie dureté des riches et l’insondable bienveillance des pauvres.

Le reste est un road movie familial entre la France et l’Italie, avec une énième famille dysfonctionnelle qu’on croirait tout droit sortie d’un feuilleton télévisuel. Ce voudrait être une version trash de L’Effrontée de Claude Miller et on se retrouve face à des Tuche de luxe. Or, au milieu trône un acteur-roi, Benoît Poelvoorde, dont on se demande bien pourquoi il s’entête à cautionner des comédies affligeantes et indignes de lui.

A lire aussi: “The Dead don’t die”, le film que les cinéphiles n’aiment pas (et que j’ai donc adoré)

On sait depuis Podium et Les Portes de la gloire, notamment, que son potentiel comique est aussi énorme que l’insondable détresse humaine dont il peut être l’expression le temps d’un regard. Il faudrait que l’admirateur déclaré de Léon Bloy trouve enfin son écrin au cinéma et le cinéaste qui va avec, loin des pochades qui nous rendent tristes.

Podium [Édition Simple]

Price: 4,49 €

91 used & new available from 0,46 €

Mai 2019 - Causeur #68

Article extrait du Magazine Causeur


Previous article Cette fois, Macron n’a plus aucune opposition
Next article Fallait-il aller chercher les otages au Burkina Faso?
Critique de cinéma. Il propose la rubrique "Tant qu'il y aura des films" chaque mois, dans le magazine

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération