Home Édition Abonné UNEF: Homme-femme, mode d’emploi

UNEF: Homme-femme, mode d’emploi

UNEF: Homme-femme, mode d’emploi
La Sorbonne © NEGROTTO VIVIANE/SIPA Numéro de reportage : 00516636_000011

Dans ce syndicat étudiant, des femmes ont dénoncé des viols et des agressions sexuelles, à l’époque où Caroline De Haas était la secrétaire générale. Causeur revient sur ces affaires.


 

Début 2018, Le Monde et Libération retrouvent des femmes qui dénoncent des viols et des agressions sexuelles commis par des membres de l’UNEF, à l’époque ou Caroline De Haas en était secrétaire générale (2006-2009). Réponse, plutôt maladroite, de celle-ci : « Il y a dix ans, j’étais une femme, une victime de violences, qui n’était pas formée pour détecter les violences dans mon entourage. » Faut-il vraiment une formation pour détecter des agressions caractérisées ?

A lire aussi: [Enquête] Caroline de Haas, la fortune de la vertu

La réalité est que Caroline De Haas, en tant que secrétaire générale, avait très peu d’autorité sur les cadres et les adhérents.

Jean-Baptiste Prévost, président de l'Union nationale des étudiants de France (UNEF) entre 2007 et 2011 ©Anne-Christine POUJOULAT/ AFP
Jean-Baptiste Prévost, président de l’Union nationale des étudiants de France (UNEF) entre 2007 et 2011
©Anne-Christine POUJOULAT/ AFP

Far-west syndical

Le syndicat n’a jamais été fortement structuré. Le noyau dur des militants actifs, à l’époque, comptait 2 000 étudiants, dispersés dans des dizaines de facultés, libres de quitter l’organisation à tout moment. Beaucoup l’ont d’ailleurs fait. À l’UNEF, le turnover était élevé, car l’ambiance était dure, dans plusieurs registres. Les élections au conseil national de l’enseignement supérieur, de l’éducation et de la recherche (CNESER), par exemple, donnaient quasi systématiquement lieu à des fraudes massives, voire à des bagarres (un siège au CNESER rapporte plus de 100 000 euros de subventions).

Des agressions sexuelles n’ont rien d’impossible dans ce far west syndical, mais il semble difficile de les inscrire au passif d’une direction sans grand pouvoir. C’est vrai pour Caroline De Haas tout comme pour Jean-Baptiste Prévost. Président de l’UNEF de 2007 à 2011, il a été accusé par Libération et Le Monde, sans la moindre preuve, d’avoir organisé un quasi-droit de cuissage des jeunes adhérentes au profit des cadres masculins. Mais de quel moyen de pression aurait-il disposé ? « Il n’avait pas besoin d’être violent, il avait son statut de président », dit un témoin, citée par Libération. Une accusation non seulement anonyme, mais tellement évanescente qu’elle en devient impossible à démonter. À 36 ans, Jean-Baptiste Prévost n’en a pas moins vu sa carrière brisée, quand Caroline De Haas poursuit tranquillement la sienne. Il poursuit Libération en diffamation.

A lire aussi: LMDE: cette ligne manquante sur le CV de Caroline De Haas

Janvier 2020 - Causeur #75

Article extrait du Magazine Causeur


Previous article Christian Dedet, aventurier stendhalien
Next article C’était Michou…
Journaliste

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération