Dans ce syndicat étudiant, des femmes ont dénoncé des viols et des agressions sexuelles, à l’époque où Caroline De Haas était la secrétaire générale. Causeur revient sur ces affaires.


 

Début 2018, Le Monde et Libération retrouvent des femmes qui dénoncent des viols et des agressions sexuelles commis par des membres de l’UNEF, à l’époque ou Caroline De Haas en était secrétaire générale (2006-2009). Réponse, plutôt maladroite, de celle-ci : « Il y a dix ans, j’étais une femme, une victime de violences, qui n’était pas formée pour détecter les violences dans mon entourage. » Faut-il vraiment une formation pour détecter des agressions caractérisées ?

A lire aussi: [Enquête] Caroline de Haas, la fortune de la vertu

La réalité est que Caroline De Haas, en tant que secrétaire générale, avait très peu d’autorité sur les cadres et les adhérents.

Jean-Baptiste Prévost, président de l'Union nationale des étudiants de France (UNEF) entre 2007 et 2011 ©Anne-Christine POUJOULAT/ AFP
Jean-Baptiste Prévost, président de l’Union nationale des étudiants de France (UNEF) entre 2007 et 2011
©Anne-Christine POUJOULAT/ AFP

Far-west syndical

Le syndicat n’a jamais é

Article réservé aux abonnés

60 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Janvier 2020 - Causeur #75

Article extrait du Magazine Causeur

Lire la suite