Quel délice ! Tu viens enfin de me porter tort ! Tu viens enfin de commettre contre moi un préjudice parfaitement objectif, manifeste, précis et indubitable ! Quelle joie ! En perpétrant contre moi ce forfait délicieux, tu viens de rehausser mon rang, d’accroître ma dignité, de ceindre mon front purifié de la couronne étincelante des justes offensés.

Par la grâce de ta mauvaise action, mes pieds sont délivrés pour un instant du morne sol commun. Ils peuvent maintenant fouler le tapis rouge réservé aux pieds honnêtes de qui est dans son bon droit.

Lire la suite