Les amateurs de bonnes choses savaient déjà que l’économiste Olivier Berruyer s’était fait une spécialité de la déconstruction des euromythes du moment. Son site les-crises.fr est un enchantement permanent pour internaute critique, nous déconseillons donc formellement sa fréquentation à Jean Quatremer, Laurence Parisot ou Pascal Lamy.

Le truc de Berruyer, ou disons-le plus clairement, le truc qu’il a et que je n’ai pas, c’est qu’il est une sorte de dinamitero archiviste. Là où j’ai trop souvent tendance à vouloir régler le débat à la kalach argumentaire, Berruyer, lui, sort son petit sourire, ses fiches, et ses photos. Une méthode redoutable qu’il a décidé de ne plus appliquer seulement aux questions stricto sensu économiques, mais aussi à la grande question du moment : l’Ukraine.

Voilà ce que ça donnait par exemple lundi dernier sur la chaîne économique BFM-Business dans le débat matinal animé par Nicolas Doze, qu’on félicitera chaudement au passage, car il est un ultralibéral conséquent : il invite régulièrement des experts avec lesquels il est en ultra-désaccord.

Des photos comme celles du leader de Svoboda, on en trouve des dizaines sur le site, à la rubrique Ukraine : on a oublié de vous montrer…

Outre ces bien belles photos, on trouvera des dizaines de docs dont on ne sait si on doit les juger accablants ou amusants, à l’instar de cette résolution adoptée à Strasbourg le 13 décembre 2012 où le Parlement Européen «s’inquiète de la montée du sentiment nationaliste en Ukraine, qui s’est traduit par le soutien apporté au parti « Svoboda », lequel se trouve ainsi être l’un des deux nouveaux partis à faire son entrée à la Verkhovna Rada (NB : le Parlement ukrainien) ; rappelle que les opinions racistes, antisémites et xénophobes sont contraires aux valeurs et principes fondamentaux de l’Union européenne et, par conséquent, invite les partis démocratiques siégeant à la Verkhovna Rada à ne pas s’associer avec ce parti, ni à approuver ou former de coalition avec ce dernier. »

Documenté, qu’on vous dit…

Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Marc Cohen
est rédacteur en chef de Causeur.est rédacteur en chef de Causeur. Pilier du Groupe d’Intervention Culturelle Jalons, il a notamment été rédacteur en chef de "L’Idiot International ".
Lire la suite